Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

"Des Yéménites aux Palestiniens", par Amira Hass

20 Août 2017 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Israël et le sionisme, #Palestine

Amira Hass, l’une des rares journalistes israéliennes à dénoncer la politique raciste de l’occupant, revient cette semaine sur la question de l’enlèvement institutionnalisé des bébés yéménites. (Cf notre article sur le sujet : http://www.europalestine.com/spip.php?article13146

Des Yéménites aux Palestiniens

"Le scandale de l’enlèvement des enfants yéménites (et autres) persiste, heureusement. Plus on en parle, plus on le rappelle, mieux c’est. Même si ceux qui en furent directement responsables ne sont plus là pour répondre de leurs actions, on a des preuves répétées que les plaintes des familles étaient justifiées. "

Cette fois-ci, c’est un article du quotidien Yedioth Aronoth datant de jeudi, qui nous a remémoré l’histoire des enfants yéménites. Tamar Kaplansky a interviewé Shulamit Malik qui, au début des années cinquante, était puéricultrice dans une crèche de jour Hapoel Hamizrahi, dans le camp d’immigrants de Yatziv. Malik a choisi de se faire interviewer ; elle avait lu un article de Kaplansky et a décidé de rompre son silence.

Il s’est avéré que Malik avait rompu le silence pour la première fois, il y a dix ans. Elle avait pris contact avec Rami Tzuberi, avocat qui représentait des familles d’enfants qui avaient disparu. Tzuberi a affirmé qu’il avait donné le nom de Malik à la commission d’enquête, mais on ne l’a jamais appelée pour témoigner. En tant que puéricultrice, elle s’est rendu compte de la relation entre les délégations de personnes élégantes qui visitaient l’établissement et les bébés en bonne santé qui disparaissaient quelques jours après. Devenue grand-mère, elle s’est rappelé, pleine de désespoir, les parents qui venaient reprendre leurs enfants – après une longue journée de travail – et qui découvraient un lit vide.

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article