Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

L’approche « apolitique » de la crise de l’eau en Palestine (Muna Dajani)

5 Août 2017 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Palestine Colonisation occupation

SYNTHESE

La Palestine subit une crise de l’eau d’origine humaine. Pourtant, les responsables gouvernementaux, la communauté internationale, les agences de donateurs et même la littérature universitaire décrivent le manque de ressources en eau de la Palestine comme un résultat des conditions climatiques de la région. Ce que ces récits négligent dans leur approche, c’est que le manque d’eau en Palestine est une construction sociale et politique qui camoufle la façon dont Israël pérennise…

Aperçu

Plus tôt ce mois-ci, Israël et l’Autorité Palestinienne (AP) ont annoncé un nouvel accord par lequel Israël vendra aux Palestiniens 33 millions de mètres cubes d’eau désalinisée de la Mer Rouge par an, avec 10 millions de mètres cubes transférés dans la Bande de Gaza et le reste en Cisjordanie.

Cet accord masque le fait que la Palestine subit une crise de l’eau d’origine humaine, plutôt que naturelle. Les responsables gouvernementaux, la communauté internationale, les agences de donateurs et même la littérature universitaire décrivent le manque de ressources en eau de la Palestine comme une conclusion prévue – résultat des conditions climatiques de la région. Ce que ces récits négligent dans leur approche, c’est que le manque d’eau en Palestine est une construction sociale et politique qui camoufle la façon dont Israël pérennise son hégémonie sur les ressources en eau, provoquant une grave inégalité d’approvisionnement en eau pour les Palestiniens.

Pendant des décennies, Israël a proposé des solutions technologiques pour combler ce manque, telles que des usines de désalinisation, le traitement et la réutilisation des eaux usées. Les donateurs internationaux ont joué un rôle majeur dans le renforcement de cette approche israélienne. Ces solutions sont liées à la croyance que la science, la technologie et les infrastructures seront l’assurance que l’eau ne sera plus une source de discorde, de conflit et même de guerre. Mais ces solutions fournies par la technologie négligent les éléments sociaux, politiques et culturels de l’eau.

Cela ne veut pas dire que les avancées technologiques dans le domaine de l’eau ne sont pas essentielles pour le développement des sociétés. En réalité, l’aménagement de sources d’eau supplémentaires est nécessaire pour s’adapter à l’accroissement des populations, particulièrement face aux effets du changement climatique. Mais dans le cas d’Israël et de la Palestine, ces technologies ont intégré des motivations et des utilisations politiques. En vérité, nous devons demander : Comment Israël bénéficie-t-il de ces avancées technologiques tout en maintenant son contrôle coercitif sur l’eau de la Cisjordanie, sans parler de sa responsabilité dans la crise de l’eau dans la Bande Gaza ? Les Palestiniens peuvent-ils se fier au potentiel de la technologie pour accroître leur accès à l’eau dans le contexte de l’occupation ?

Cette note politique examine en fait comment les innovations technologiques israéliennes fonctionnent dans un contexte de vol systématique des ressources en eau qui affaiblit les efforts des Palestiniens pour obtenir les droits à l’eau et la répartition équitable des sources d’eau. Elle souligne particulièrement le rôle des donateurs internationaux dans la consolidation de cette situation et elle propose des recommandations sur ce que les Palestiniens peuvent faire pour défier le statu quo et obtenir les droits à l’eau qui leur sont dus.

L’établissement de l’hégémonie d’Israël sur l’eau

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article