Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Témoignages sur le massacre censuré de Deir Yassin : « ils ont empilé les corps et les ont brûlés »

15 Août 2017 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Palestine Colonisation occupation

ombattants de la milice d’Israël qui a précédé l’État occupant le village de Deir Yassin, avril 1948. Archives de l’armée figurant dans le film ’Nés à Deir Yassin’

ombattants de la milice d’Israël qui a précédé l’État occupant le village de Deir Yassin, avril 1948. Archives de l’armée figurant dans le film ’Nés à Deir Yassin’

Par Ofer Aderet – Publié dans Haaretz, le 16 juillet 2017 (Traduction SF et J Ch pour l’UJFP).

Un jeune attaché à un arbre et mis en feu. Une femme et un vieil homme touchés par tes tirs dans le dos. Des filles alignées le long d’un mur et mitraillées. Les témoignages collectés par Neta Shoshani sur le massacre de Deir Yassine sont insoutenables, même 70 ans après les faits.

Depuis deux ans maintenant, un document difficile à lire se trouve dans les archives de l’association pour la commémoration de l’héritage de Lehi, la milice clandestine pré-étatique des Combattants pour la Liberté d’Israël. Il a été écrit par un membre de l’organe clandestin il y a 70 ans. Sa lecture pourrait ré ouvrir une blessure encore saignante des jours de la guerre d’Indépendance qui, jusqu’à aujourd’hui provoque beaucoup d’émotion dans la société israélienne.

« Vendredi dernier avec Etzel » - l’acronyme de l’organisation militaire nationale connue également sous le nom d’Irgoun, une autre milice pré-étatique dirigée par Menahem Begin - « notre mouvement, a mené une opération énorme pour occuper le village arabe sur la route de Jérusalem à Tel Aviv, Deir Yassine ». « J’ai participé très activement à cette opération » a écrit Yehouda Feder, dont le nom de guerre dans Lehi (également connu sous le nom de Groupe Stern) était « Giora ».

Dans la suite de la lettre, il décrit en détails le rôle qu’il a joué dans le massacre qui a eu lieu à cet endroit. « C’était la première fois de ma vie que des Arabes tombaient de mes mains et devant mes yeux. Dans le village j’ai tué un Arabe armé et deux filles arabes de 16 ou17 ans qui venaient en aide à l’Arabe que je mettais en joue. Je les ai fait mettre contre un mur et les ai démolies en deux rafales de mitraillette, a-t-il écrit, en décrivant comment il a procédé à l’exécution des jeunes filles à la mitraillette.

Et avec ça, il raconte comment lui et ses copains ont pillé le village quand ils l’ont occupé. « Nous avons confisqué pas mal d’argent et des bijoux d’argent et d’or nous sont tombés dans les mains » écrivait-il. Il conclut la lettre par ces mots : « C’était vraiment une super opération et c’est pour cette raison que la gauche nous dénigre encore.

lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article