Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

17 Octobre 1961 : Certaines personnalités politiques pour la reconnaissance des massacres comme crimes d’État

13 Octobre 2011 , Rédigé par Webmestre Publié dans #Algérie (1830-1962), #Colonisation

logo-copie-1.jpg

Des personnalités politiques, des militants des droits de l’homme et hommes des médias, ont appelé lundi soir à la reconnaissance comme un « crime d’Etat » par les plus hautes autorités de la République française, des massacres commis par la police parisienne, le 17 octobre 1961.

 

17octobre1961

 

(..)

 

Mouloud Aounit, président d’honneur du Mrap, a souligné dans son intervention qu’ »il faut appeler les choses par leur non même si elles dérangent », et que ce qui s’est passé le 17 octobre 1961 est « un massacre, un crime raciste collectif perpétré par des autorités françaises et qu’on ne peut occulter ».

Il a souligné aussi toutes les initiatives prévues pour commémorer ces massacres, à l’initiative du site d’information Mediapart, de l’association « Au nom de la mémoire et du collectif 17 octobre 1961″, estimant qu’amener à les reconnaître comme crime d’Etat « participe du principe de combler le terrible trou de mémoire qui prévaut au sein de l’opinion française et redonner de la dignité aux victimes et leurs familles ».

« C’est grâce à la mobilisation citoyenne que le débat sur cette question a évolué », a-t-il dit, rappelant dans ce contexte « les gigantesques actions menées par J.-L. Einaudi qui, par l’intermédiaire de la justice, a permis de reconnaître qu’il y a bien eu massacre le 17 octobre 1961″.

« Par ces initiatives, nous voulons empêcher l’oubli mais, en même temps, être sur une démarche constructive d’une mémoire de solidarité », a-t-il dit, ajoutant que ce travail de mémoire « participe aussi à renforcer l’identité historique de la communauté algérienne dans toutes ses composantes ».

« Il s’agit de faire en sorte que se construise une convivialité entre le peuple français et le peuple algérien d’où l’importance de cette revendication cardinale qui est de faire reconnaître officiellement que le 17 octobre 1961, il y a eu un crime collectif et raciste commis en plein Paris », a-t-il ajouté.

 

(..)

Source

 


Partager cet article

Commenter cet article