Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Aube Dorée se vautre dans l’antisémitisme (Angélique Kourounis)

4 Septembre 2013 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Antisémitisme et négationnisme, #Europe, #Grèce

Le parti néonazi attaque en justice un intellectuel juif qui avait appelé à combattre le fascisme. Grèce Angélique Kourounis Correspondante à Athènes

http://r.llb.be/image/b0/5225aa8a3570c7737d1ac1b0.jpgIl a été l’un des premiers à tirer la sonnette d’alarme en 2009 et à appeler "à la résistance" contre le parti néonazi d’Aube Dorée. Il est le premier aujourd’hui à comparaître pour cela devant les tribunaux. À l’époque ceux qui traînaient Savas Michail en justice n’étaient que des militants d’un groupuscule qui faisait moins de 1 % aux élections. Aujourd’hui ceux qui hurleront au tribunal contre le "juif bolchevique" sont pour la plupart députés du parti Aube Dorée au Parlement grec. Savas Michail concentre tout ce qu’Aube Dorée vomit : il est juif, intellectuel, marxiste, et il a de l’humour. Il est accusé de "diffamation" envers les militants d’Aube Dorée, pour les avoir traités de criminels; d’"incitation à la violence", pour avoir appelé à combattre le fascisme et d’"atteinte à la paix civile", pour avoir appelé, dans un tract, à manifester massivement contre Aube Dorée. Savas n’est pas seul dans le box des accusés. L’ancien doyen de l’École Polytechnique, Constantin Moutzouris l’accompagne. Aube Dorée l’accuse d’avoir permis à Indymedia, un média alternatif, d’utiliser les installations de l’École pour ses émissions.

Les faits remontent à 2009, peu après les émeutes urbaines de décembre 2008 où, effectivement, Indymédia a joué un rôle décisif dans l’organisation et la coordination des émeutes. Un groupe "de citoyens de quartier, apolitiques", porte plainte contre des personnalités de la gauche grecque, les accusant d’"avoir troublé l’ordre public et d’avoir pris part aux émeutes". Par décision du Procureur, la police les convoque en 2012 pour interrogatoire. Tous refusent de se rendre au commissariat et envoient des déclarations légales réfutant les accusations. Après examen, le Procureur décide de traîner les seuls Savas Mikhail et Consatantin Moutzouris devant les tribunaux.

Au même moment, en toute impunité, Aube Dorée déclenche une campagne antisémite digne du siècle dernier, "dénonçant" Savas Michail, comme "un agent de la conspiration juive mondiale contre la Nation grecque", qui agit pour "provoquer une guerre civile et établir un régime judéo-bolchevique". Ironie de l’histoire, ce sont les députés d’Aube Dorée qui s’estiment "calomniés".

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article