Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

C’est aussi l’impunité qui tue à Gaza (AFPS)

25 Juillet 2014 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Palestine Gaza

AFPS, vendredi 25 juillet 2014

AFPSLe mer­credi 23 juillet, le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU exa­minait une réso­lution sur l’envoi d’une com­mission d’enquête sur les crimes de guerre commis par Israël à Gaza. Cette réso­lution a été adoptée. Sans sur­prise, les États-​​Unis ont voté contre. Mais nous avons été pro­fon­dément choqués de voir notre pays, la France, s’abstenir sur cette réso­lution. S’abstenir sur l’envoi d’une com­mission d’enquête, nous avons donc peur de la vérité ?

Hier l’armée israé­lienne, entre autres crimes, a bom­bardé une école de l’UNRWA (agence des Nations Unies) où s’étaient réfugiés 800 per­sonnes, à Beit Hanoun, dans la bande de Gaza. Il y a 17 morts et 200 blessés. Nous vous invitons à lire le témoi­gnage à la suite de ce com­mu­niqué. Israël, qui a mis sur carte infor­ma­tique l’ensemble de la bande de Gaza, qui peut bom­barder la maison qu’il veut, quand il veut, ne pouvait pas ignorer qu’il s’agissait d’une école de l’UNRWA et que de nom­breuses per­sonnes s’y étaient réfu­giées. Après les maisons, les hôpitaux, les écoles où plus de 100.000 réfugiés se sont placés sous la pro­tection de l’ONU… Coïn­ci­dence de date, peut-​​être. Mais une fois de plus, c’est l’impunité dont Israël se croit assuré qui a tué. La France et les pays euro­péens qui se sont tous abs­tenus et les États-​​Unis qui ont voté contre portent une lourde res­pon­sa­bilité dans tous les crimes qui sont commis à Gaza.

Chaque fois que la "com­mu­nauté inter­na­tionale" cherche à ménager le pouvoir israélien, en ima­ginant que cela pourra faci­liter un règlement du conflit, Israël le prend comme un nouveau "permis de tuer". Rap­pelons que fin 2008, le "rehaus­sement" des rela­tions de l’Union Euro­péenne avec Israël n’a précédé que de quelques semaines le déclen­chement de l’opération "Plomb durci".

Aujourd’hui, depuis le déclen­chement de l’offensive israé­lienne contre la popu­lation pales­ti­nienne de Gaza, il n’y a pas de jour sans que Benyamin Neta­nyahou ne se targue du soutien de la com­mu­nauté inter­na­tionale pour jus­tifier ses crimes, y compris lorsqu’il s’adresse à l’opinion israé­lienne. Faut-​​il rap­peler que les décla­ra­tions scan­da­leuses du Pré­sident de la Répu­blique de notre pays, le 9 juillet, font partie des sou­tiens dont se targue le pouvoir israélien ?

La France doit main­tenant s’engager pour exiger d’Israël de per­mettre à la com­mission d’enquête de l’ONU de faire son travail. Elle doit agir immé­dia­tement pour une pro­tection inter­na­tionale du peuple pales­tinien, et faire pression sur Israël en appli­quant des sanc­tions tant que ce pays poursuit ses crimes et ne se conforme pas au droit international.

Car c’est aussi l’impunité dont Israël peut se targuer qui tue tous les jours à Gaza et dans le reste de la Palestine.

Le Bureau National

Témoi­gnage de Anne Paq, pho­to­graphe fran­çaise du col­lectif Acti­veS­tills, actuel­lement à Gaza

(…) Les autres hôpitaux de la bande de Gaza ont aussi dû faire face à une pression intense après une attaque israé­lienne sur l’école pri­maire de Beit Hanoun, Jaba­liyia. L’école était uti­lisée comme refuge pour 800 personnes.

L’attaque a tué au moins 17 per­sonnes et a blessé plus de 200 civils déplacés. L’Hôpital Shifa a reçu cer­tains blessés car l’hôpital Kamal Edwan, l’hôpital le plus proche de Beit Hanoun a vite été sub­mergé par le flux de vic­times. Il y avait partout des enfants blessés mais aussi des es femmes et les hommes. Les médecins cour­raient partout d’une manière fré­né­tique. Les gens criaient de douleur. Beaucoup d’enfants étaient en état de choc. En fait beaucoup ne pro­dui­saient aucun son, ce qui est encore plus effrayant et inquiétant. Ils regar­daient au loin, comme s’ ils n’étaient plus ici.

La salle d’urgence était pleine, ainsi que la morgue.

Ce fut une autre journée ter­rible à Gaza. Il semble qu’il n’y ait plus de limite.

Vidéo prise juste après l’attaque

Pour lire les témoi­gnages d’Anne Paq

Partager cet article

Commenter cet article