Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Commémoration à Aubervilliers des massacres du 17 octobre 1961.

4 Octobre 2013 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Initiatives locales

93b

17 octobre 1961 : Mémoire, vérité et justice

Vendredi 18 octobre  

De 19 h 30 à 22 h 30

au Lycée Le Corbusier 44 rue Réchossière -Aubervilliers


Projection d’un film  

réalisé par les membres du Conseil Local des Jeunes d’Aubervilliers


Le CLJ invite Hamid Salmi, Ethnopsychiatre

  et


 Interventions artistiques


Lectures de textes dont certains tirés

du livre 17 octobre, 17 écrivains se souviennent


 interventions de personnalités, écrivains.


  Soirée animée par Samia Messaoudi,

journaliste et animatrice sur Radio Beur FM,

responsable de l’association
« Au nom de la mémoire ».


L’association sera également présente

à la commémoration organisée par la Municipalité,


 Jeudi 17 octobre à 11 heures

 Passerelle de la Fraternité (côté parc Eli Lotar)

 L’initiative du 93 au Coeur de la République

est d’autant plus importante
qu’elle s’inscrit dans une démarche nécessaire de vérité historique


  Nous comptons sur votre présence. Venez nombreux.


Le 93 au Coeur de la République : 7 rue Achille Domart -93300 Aubervilliers. Tél. : 06.73.52.89.28

 


Le 17 octobre 1961, des dizaines de milliers d’Algériens manifestaient pacifiquement à Paris contre le couvre-feu discriminatoire qui leur avait été imposé par Maurice Papon, préfet de Police de Paris. Ils défendaient leur droit à l’égalité, leur droit à l’indépendance et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.
Ce jour-là, et les jours qui suivirent, des milliers de ces manifestants furent arrêtés, torturés, notamment par la « force de police auxiliaire » ou, pour nombre d’entre eux, refoulés en Algérie. Des centaines perdirent la vie,  victimes d’une violence et d’une brutalité extrêmes des forces de police.
Si l’événement suscita l’effroi de certains observateurs et responsables politiques, il resta très longtemps un point aveugle de l’histoire de France.
Le Président de la République,
François Hollande, a fait un premier pas important 51 ans après en déclarant « le 17 octobre 1961, des Algériens qui manifestaient pour le droit à l’indépendance ont été tués lors d’une sanglante répression… La République reconnaît avec lucidité ces faits. 51 ans  après cette tragédie, je rends hommage à la mémoire des victimes ».
Mais le terme de crime n’est pas repris, et la responsabilité, sous entendue,
pas clairement définie.

Certains osent encore aujourd’hui continuer à parler des « bienfaits de la colonisation », à célébrer le putsch des généraux à Alger contre la   république, à « honorer » les criminels de l’OAS.
Depuis de nombreuses années, « le 93 au Coeur de la République », avec   Mouloud Aounit, son regretté président, mène le combat de la reconnaissance de ce crime d’Etat, mais aussi pour la transmission de la mémoire en direction des jeunes.
Pour lutter contre l’oubli de cette tragique injustice et pour que la mémoire puisse se transmettre au fil du temps, notre association s’associe avec le  Conseil local des jeunes d’Aubervilliers.

 

Partager cet article

Commenter cet article