Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Concert de soutien aux prisonniers de Villiers-le-Bel et au collectif Vies Volées

20 Avril 2012 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Police Justice

Concert de soutien aux prisonniers de Villiers-le-Bel et au collectif Vies Volées

  • 17h: Débat entre familles de victimes de crimes racistes et sécuritaires
  • 19h: Concert: ZEP (Zone d'Expression Populaire) + Première Ligne (Skalpel - E. One - Akye)

vengeance_d_etat.jpgLe 21 octobre 2011, le verdict du procès en appel des « tireurs présumés » de Villiers-le-Bel est tombé. Deux acquittements et des peines de 3 à 15 ans de prison ferme ont été prononcés. 4 ans après la mort de Lakhamy et Moushin, provoquée par la collision de leur moto avec une voiture de police, et les révoltes qui ont embrasé Villiers-le-Bel, la Justice a enfin assouvi le désir de vengeance de l'État.

L'enfermement des deux frères Kamara, condamnés à 12 et 15 ans de prison, est un gage donné aux forces de répression, qui ont besoin d'être rassurées sur le bien-fondé de leur travail de pacification des quartiers populaires, y compris quand celui-ci engendre des morts, et sur le soutien indéfectible qu'elles recevront systématiquement de la part de la Justice.

Villiers-le-Bel n'est pourtant pas une exception. Aujourd'hui, tous les procès où les actes des flics ou des matons sont mis en cause aboutissent à des non-lieux, des acquittements ou des peines dérisoires. Lamine Dieng, étouffé par la police en 2005, Abdelhakim Ajimi, étranglé par la police en 2008, Ali Ziri, battu à mort par la police en 2009, et Jamal Ghermaoui, « suicidé » par les matons de Nanterre en 2011, sont autant d'exemples de l'insécurité policière et carcérale, de la brutalité de la violence d'État en France.

Les prisonniers de Villiers-le-Bel, tout comme les familles de ces « vies volées » par les flics et les matons, ont besoin de soutien et de solidarité. Rassemblons-nous et organisons-nous pour eux et contre les violences d'État.

Tarif: 5 euros

Partager cet article

Commenter cet article