Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Condamner les assassinats, stopper l’agression contre le peuple palestinien (AFPS)

1 Juillet 2014 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Palestine

AFPSL’AFPS condamne fer­mement l’assassinat des trois jeunes colons dis­parus dans la région d’Hébron. Rien ne peut jus­tifier un tel assas­sinat. Comme rien ne peut jus­tifier les 12 assas­sinats déli­bérés de Pales­ti­niens sur­venus dans les opé­ra­tions de ces der­niers jours et la punition col­lective de grande ampleur mise en œuvre contre le peuple palestinien.


Plutôt que de per­mettre une enquête appro­priée sur ces assas­sinats, Israël aggrave la punition col­lective : les maisons des familles des deux Pales­ti­niens déclarés cou­pables ont été immé­dia­tement démolies, Gaza inten­sément bom­bardée et des incur­sions vio­lentes ont été menées à Hébron et Jénine où un jeune de 16 ans été tué par balle cette nuit. Des colons ont tenté d’enlever un enfant à Beit Hanina, arraché à ses ravis­seurs in extremis par les pas­sants… L’armée et les colons se déchaînent.


Depuis des mois et des mois nous n’avons eu de cesse d’alerter sur l’extrême danger qu’il y avait à laisser pourrir la situation. Laisser sans réaction les apprentis sor­ciers de Tel Aviv boucher tout horizon poli­tique fondé sur le droit, c’est à coup sûr laisser s’installer la déses­pé­rance dans de larges sec­teurs du peuple pales­tinien et spé­cia­lement sa jeu­nesse. C’est ouvrir la porte au nihi­lisme et à la mort.


Que François Hol­lande condamne l’assassinat et pré­sente ses condo­léances aux familles des trois jeunes est par­fai­tement normal. Il est dans son rôle. Qu’il n’ait pas eu un mot sur les vic­times pales­ti­niennes est lamen­table et mal­heu­reu­sement dans la ligne des réac­tions exprimées depuis le 12 juin qui ava­lisent la lecture israé­lienne de l’événement. Il y a là un grave man­quement. Plus de 1500 enfants pales­ti­niens ont été tués par les forces d’occupation israé­liennes depuis 2000 et, au mieux, nos gou­ver­nants n’ont trouvé que le mot « déplorer » pour qua­lifier ces der­niers assassinats.


Appa­remment, pour les auto­rités fran­çaises la question « à qui profite le crime ? » ne se pose pas. Elle est pourtant incon­tour­nable : depuis le début Neta­nyahou se sent autorisé à toutes les exac­tions au nom de la lutte contre le « ter­ro­risme inter­na­tional ». Il va, si rien n’est fait pour s’y opposer, s’enfoncer un peu plus dans cette spirale mor­tifère, lui qui déclare que les auteurs de l’assassinat sont des « animaux à forme humaine ». Écœu­rante déshu­ma­ni­sation de l’autre qui ne peut mener qu’à tou­jours plus de barbarie.


Le bilan de la punition col­lective infligée, depuis le 12 Juin, à la popu­lation pales­ti­nienne est déjà très lourd. Neta­nyahou nous avertit que ce ne sont que des pré­li­mi­naires et promet encore plus de sang et de larmes. Avec l’objectif constant de casser l’entente nationale pales­ti­nienne récemment réa­lisée et d’écarter pour long­temps toute solution poli­tique en des­serrant les pres­sions internationales.


Aujourd’hui le résultat est là et le pire menace alors que la région s’enfonce dans le chaos. La popu­lation pales­ti­nienne ne doit pas être laissée à la merci de ceux qui appellent au meurtre. Nous appelons la France à inter­venir en urgence à tous niveaux, y compris au Conseil de sécurité, pour empêcher le pire et assurer la pro­tection du peuple palestinien.


Paris, le 1er juillet 2014

Partager cet article

Commenter cet article