Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Délire antimusulman de Tesson, prudence de confrères et complaisance de Joffrin (Henri Maler)

19 Janvier 2015 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Islamophobie, #"Gauche" décomplexée

acrimedPhilippe Tesson, dans l’émission de Jean-Marc Morandini, « Le grand direct de l’actu, Europe 1 », le 13 janvier 2014 s’est livré à une violente charge contre les musulmans de France – des musulmans qui « foutent la merde » – que cet omniprésent a opposé aux Français ! Quelle charge, avec quels échos et quelles répliques des éditocrates ?

Les vitupérations de Philippe Tesson

Les vitupérations contre les musulmans de Philippe Tesson (nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1987, et promu officier en 2009, pour les « mérites éminents » rendus à la Nation) tiennent en deux extraits (voir en « annexe » tout ce que l’on a pu entendre) :


- Ce qui a créé le problème, ça n’est quand même pas… c’est pas les Français. […] D’où vient le problème ? D’où vient le problème de l’atteinte à la laïcité sinon des musulmans ? On le dit ça ? […].
- C’est ça notre problème actuellement, c’est ça notre problème ! C’est pas les musulmans qui amènent la merde en France aujourd’hui ? Il faut le dire quoi !

La plupart de ceux qui se sont indignés – à commencer par Jean-Marc Morandini (mais oui !) – l’ont été par l’imputation aux musulmans (dans leur ensemble et en tant que tels) des atteintes, réelles ou présumées, à la laïcité : difficile, en ce cas, de se borner à constater un fâcheux « amalgame ». Mais il y a pire encore dans les propos tenus. Relisez la première phrase : Tesson oppose les Français et les musulmans. Pas français les musulmans ?

Le même Philippe Tesson s’était livré, le 9 janvier 2014 sur Radio Classique, à propos de Dieudonné, à une forme à peine euphémisée de rétablissement de la peine de mort, voire d’appel au meurtre : « Il n’y a pas de pitié pour ça. Ce type, sa mort par exécution par un peloton de soldats me réjouirait profondément. Je peux aller jusque-là. Pour moi, c’est une bête immonde, donc on le supprime et c’est tout. [...] Je signe et je persiste. » Et l’éditocratie était restée impassible, comme nous l’avions relevé dans cet article : « Contre Dieudonné, l’éditocrate Philippe Tesson rétablit la peine de mort ! ».

Quand Philippe Tesson distingue Français et musulmans (de France) pour les opposer, quelques rares journalistes condamnent sans détours les immondes déclarations de notre chevalier de la Légion d’honneur. Par exemple (et entre autres), Jack Dion dans Marianne sous le titre « Je ne suis pas Philippe Tesson ». Ou mieux encore le vigoureux décryptage effectué par Didier Porte pour « Arrêt sur images ». Mais Didier Porte est un humoriste : pas un « grand » journaliste !

 

Prudences confraternelles

Lire la suite sur Acrimed

Partager cet article

Commenter cet article