Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Des associations antiracistes à l'Élysée.

16 Mars 2014 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Mouvements antiracistes

Revue de web :

Le communiqué de l'AFP a été repris par plusieurs médias, dont : 

La Montagne

Avec une vidéo AFP, où les représentants des organisations expliquent avoir évoqué :

Le doit de vote des étrangers (LDH)

Les contrôles au faciès (LDH)

Les Roms (MRAP)

Le pays roannais

Le nouvel Obs

Le Parisien

Libération

LCP AN

Le Point

autre article du Point :

Les quatre grandes associations antiracistes universalistes ont entamé un rapprochement l'an dernier face à la libération de la parole raciste et antisémite et à leur difficulté à mobiliser sur ces thèmes.

 

L'Express

Le Figaro

WN (World News, dont l'édition française donne beaucoup la parole à Alain Soral) reprend le texte de l'Express

 

Un blog malien

Un autre blog malien

et un autre encore

un quatrième

Dans le camp d'en face :

Fdesouche reprend le communiqué de la LICRA et l'article du Point, de façon apparemment très neutre, mais comme toujours, les commentateurs se déchaînent :

3006fdesouche4orgas.jpg

 

Islamisme.fr cite ses sources : Le Point, la LICRA et Fdesouche. Il insiste également sur le besoin de soutien exprimé par ces associations, analysé comme d'abord un besoin de soutien financier. "Satirique" est un clône de "Islamisme". Faute de banque d'images suffisante, il recycle un dessin dénonçant ces associations en y associant le CRAN (non convié).

Même contenu sur Prêchi-prêcha

Le forum islamophobe Infos Islam renvoie à Fdesouche.

Jeune Nation (Gabriac, Benedetti et Cie) ajoute quelques remugles et allusions nauséabondes :

La LICRA, et à l’initiative de cette association israélite-ci –, SOS-Racisme, le MRAP et la LDH unissent depuis plusieurs mois leurs efforts pour faire taire les Français qui refusent la colonisation et l’insupportable police de la pensée. Ils ont convoqué le président de leur République pour l’engager à combattre plus encore « l’antisémitisme et le racisme » alors que la « parole se libère ».

Abandonnant toute affaires cessantes écoutes, lutte contre le chômage, recherche d’avion et sorties nocturnes en scooter, François Hollande a immédiatement ouvert les portes de l’Élysée et reçu avec une même obséquiosité traître et étrangers. La LICRA s’est vantée d’une « première dans l’histoire du mouvement antiraciste ». Le grand rabbin de la LICRA, Alain Jakubowicz, nommant désormais les associations communautaristes juives et africaines « universalistes », a réclamé une « parole forte » mais aussi – surtout – des moyens. De l’argent, donc. Parce que « le mouvement antiraciste a besoin d’être soutenu matériellement », pour combler la ruine du combat antiraciste.

Les deux photos qui illustrent cette article ont d'abord été publiées sur le site de la LICRA, qui précise :

Crédits photos : Présidence de la République/C.ALIX

Ce serait intéressant de savoir comment Jeune Nation a obtenu les droits de reproduction.


Le Salon beige (extrême-droite catholique) regrette que l'AGRIF, spécialisée dans la dénonciation des racismes anti-français et anti-chrétien n'ait pas été invitée.

Et qu'en disent les organisations qui ont été reçues ?

LDH :

Texte du communiqué conjoint mis en ligne le 17 mars 2014

 

Après la rencontre avec le président de la République, LDH, Licra, Mrap et SOS Racisme entendent poursuivre leurs efforts communs

Communiqué conjoint LDH, Licra, Mrap, SOS Racisme
La Ligue des droits de l’Homme, la Licra, le Mrap et SOS Racisme ont été reçues ensemble, vendredi 14 mars, par le président de la République ; les associations, qui partagent les valeurs universelles de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, se félicitent de cette rencontre de travail, une première dans l’histoire de la République. Elles ont d’emblée souligné la dégradation du contexte politique qui a vu se déchaîner une parole de haine dans le débat et l’espace public, et pointé le risque de voir cette parole légitimée par des forces politiques engagées contre les valeurs d’égalité, de liberté et de fraternité.


Exprimant leur volonté de mettre en place des éléments de contre-offensive, elles ont déploré l’absence d’une parole d’Etat ferme, condamnant, au juste niveau, le caractère toxique de cette libération, l’absence d’un grand débat sur la place des étrangers et le déficit, au sein de l’appareil d’Etat, d’une représentation disposant à la fois d’une forte légitimité et de moyens suffisants.

Elles ont abordé la question du statut des étrangers, du sentiment de deux poids deux mesures qui s’enracine dans le pays, des discriminations dont les Roms sont la cible, et déploré l’état du dossier du droit de vote des résidents non européens et le fait que le récépissé de contrôle d’identité n’ait pas fait l’objet d’expérimentations. Elles ont également souligné l’importance de revivifier la Semaine d’éducation contre le racisme.

A l’écoute sur l’ensemble de ces sujets, le président de la République en a reconnu l’importance et n’a fermé aucune porte.

Les quatre associations entendent poursuivre leurs efforts communs face à la montée de la haine raciste, antisémite et xénophobe, face aux préjugés sexistes et homophobes. Elles entendent faire preuve de vigilance et de mobilisation durant les campagnes électorales des municipales et des européennes, et construire une dynamique de débat public qui fasse obstacle aux semeurs de haine et réhabilite la promesse républicaine de liberté, d’égalité et de fraternité.

 

LICRA  (compte-rendu spécifique):

 

Lors de la rencontre, le président de la Licra, Alain Jakubowicz, a insisté auprès du président de la République sur l’importance du rôle des associations universalistes dans la société française, à l’heure où émergent de nombreuses associations communautaires qui défendent des intérêts particuliers.

(..)

Les présidents des associations antiracistes ont de plus insisté sur le caractère protéiforme du racisme et sur la nécessité de combattre l’argument du « deux poids, deux mesures » qui rencontre un écho grandissant dans les milieux sensibles aux extrémistes politiques ou religieux.

 

MRAP (mise à jour du 17 mars, date de la mise en ligne sur le site national du communiqué commun)  :

Cf. supra

SOS-Racisme (compte-rendu spécifique)

est plus précis sur les actions concrêtes à engager :

 

Les sujets de l’égalité des droits, de la situation des Roms en France, de la lutte contre les discriminations ont été portés à l’attention du chef de l’Etat. Le leader de SOS Racisme a notamment insisté sur 3 revendications majeures de l’association : la semaine de l’éducation contre le racisme dans les établissements scolaires, la création d’un Ministère de l’Egalité, et concernant le droit de vote des étrangers, ce droit étant d'une absolue nécessité pour la jeunesse. Cette même jeunesse ayant d'ailleurs besoin d'une parole publique forte que pourrait porter une institution comme un Ministère de l'Egalité, si ce dernier était doté de moyens suffisants.

Quant à la lutte contre les tenants de la haine, évoquée également lors de cet entretien, SOS Racisme déplore que la bataille idéologique contre l’extrême-droite et les mouvements diffusant les idées haineuses dans notre pays mais aussi en Europe, ne soit pas suffisamment menée.

 

Pour conclure (17 mars 2014) :

1. Il semble se dessiner un clivage entre les associations qui revendiquent leur universalisme et les autres, parfois plus présentes sur le terrain et dans les médias : CCIF, CRAN, Indivisibles, L'égalité d'abord, Front uni de l'immigration et des quartiers populaires, CRI, PIR, et beaucoup d'autres.

2. La lutte contre l'islamophobie, racisme d'État, médiatique, diffus dans toute la société, est passée à la trappe.

3. Le vocabulaire est nouveau pour certaines organisations : "racisme et antisémitisme", alors que le MRAP a expliqué rendant longtemps que l'antisémitisme était une forme de racisme. La LDH a toujours défendu les droits de l'homme dans leur globalité. Elle est donc concernée par le combat contre le sexisme et l'homophobie. Mais les autres ?

4. Les déclarations contestables comme celles de Manuel Valls ne semblent pas avoir été évoquées.

5. L'extrême-droite, enfermée dans ses fantasmes, ressasse les mêmes imprécations et ne s'est rendue compte de rien.

6. Par contre, elle sait toujours aussi bien occuper la toile, qui est vraiement son terrain de jeu.

 

T.S.


Lu sur le site de l'Élysée

 

Le président de la République a reçu, pour la deuxième fois, le lundi 24 juin 2013, en présence du ministre délégué chargé de la Ville, M. François LAMY, des responsables d’associations représentatives des banlieues et des quartiers populaires.

Ils lui ont soumis plusieurs propositions concrètes, en particulier pour favoriser les créations d’entreprises, lutter contre les discriminations dans l’accès à l’emploi, rendre exemplaire la télévision publique en matière de respect et de valorisation de la diversité, ouvrir les établissements scolaires aux partenaires de l'école et aux parents, et améliorer les relations entre les représentants de la force publique et les citoyens.

Le Président demandera au gouvernement d’instruire rapidement l’ensemble de leurs propositions. Il a souligné l’importance d’une participation active des citoyens et des habitants à la construction et l’évaluation des politiques publiques les concernant.

Le chef de l’Etat a également tenu à assurer l’ensemble des associations de la détermination du gouvernement à lutter contre tous les actes racistes, notamment anti-musulmans, qui constituent des atteintes insupportables à l’unité républicaine.

 

Mais c'était le 24 juin 2013, avec des associations non "universalistes"

 

Pour l'entrevue de mars 2014, on peut toujours regarder les photos


Partager cet article

Commenter cet article