Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Dossier Algérie : Lettre ouverte du Professeur André Nouschi au maire de Nice, Christian Estrosi

18 Mars 2012 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Colonisation, #Algérie (1830-1962)

Nice : Le poids de l’Algérie française (1)

Lettre ouverte du Professeur André Nouschi* au maire de Nice, Christian Estrosi

(Lettre reproduite avec l’aimable autorisation de l’auteur)

 

Monsieur le Maire,

Je devais vous écrire d’abord au sujet des impôts locaux, du tram n° 2 et de la démolition de l’ex-gare d’autobus, ensuite au sujet de votre communiqué (2) relatif au colloque organisé par la LDH à Nice sur la fin de la guerre d’Algérie.

oas.jpegComme ex-Pied-noir, né en Algérie, où ma famille était installée bien avant l’occupation d’Alger en 1830, puisque les Nouschi sont arrivés d’Italie, comme vous à Nice, en 1736. J’ai donc vécu d’abord dans les villages dits de colonisation, ensuite à Oran, Alger et Constantine. J’ai fait la guerre après avoir souffert des lois de Vichy comme juif algérien (j’ai été déchu de la citoyenneté française, aux applaudissements des Pieds-noirs non juifs). J’ai travaillé sur la colonisation française en Algérie ; ma thèse a été soutenue en 1959 et a démontré les mécanismes de la dépossession des terres des paysans arabes. La colonisation française a été la cause de la guerre d’Algérie parce que les Pieds-noirs ont refusé toute réforme (si vous le souhaitez, je peux vous raconter tout cela en détail). J’ai vécu la guerre d’Algérie quotidiennement, avec les tortures des paras de Massu, Bigeard (je ne sais quel ministre imbécile de vos amis a voulu faire transférer les cendres de Bigeard aux Invalides ; et je m’y suis opposé avec d’autres Français parce qu’on n’honore pas un bourreau qui a du sang sur les mains). […]

nouschi.jpgDe Gaulle a mis fin à la guerre d’Algérie, malgré l’OAS qui a tout fait pour l’assassiner. J’ai donc voté pour la fin de la guerre et je m’en félicite. Cette guerre a tué 25 à 30 000 soldats du contingent. N’était-ce pas trop ? Elle a coûté aux Français 10 000 milliards de frs (celle d’Indochine avait déjà coûté 3 000 milliards). Vous n’avez pas le droit de refuser qu’on parle de la fin de la guerre. C’est indigne d’un citoyen et d’un parlementaire qui se prétend gaulliste. Mais vous ne savez pas ce que c’est d’être gaulliste. Vous voulez faire plaisir à l’OAS qui a tenté plusieurs fois d’assassiner de Gaulle. Monsieur le Maire, en publiant votre communiqué, vous vous êtes déshonoré en vous associant à des assassins. Je refuse, comme gaulliste de fondation, je le suis depuis 1940, et j’ai combattu les armes à la main aux côtés de de Gaulle dans la 1èreDivision française libre (j’ai été condamné à mort par contumace par le tribunal militaire de Constantine en 1943). Et ni vous, ni Lionnel Luca n’avez le droit de vous exprimer ou de regretter la fin de la guerre d’Algérie.

Si vous avez le droit de parler LIBREMENT aujourd’hui, c’est grâce aux « bougnouls » et à de Gaulle qui ont libéré la France en 1944, après lui avoir rendu son honneur. Je vous laisse avec l’OAS, un ramassis d’assassins.

 

 

Professeur André NOUSCHI

Juif et Pied-noir, Niçois depuis 1965, démocrate depuis toujours

___________________________________________________________________________

*Professeur émérite à l’Université de Nice, Spécialiste de l’Histoire du XX ème siècle et de l’Afrique du Nord, André Nouschi est l’auteur de nombreux ouvrages dont L’Algérie amère (1914-1994), La Méditerranée au XX ème siècle, Les armes retournées – Colonisation et décolonisation françaises

__________________________________________________________________________________

Communiqué de presse

Ville de Nice

 

Nice, le jeudi 9 février 2012

Colloque organisé par la Ligue des Droits de l’Homme, le 10 février prochain

 

Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de Nice Côte d’Azur, désapprouve cette démarche :

 

alg_fr_nice-87c5e.jpg« J’ai appris avec étonnement qu’une structure associative de Nice a accordé à la Ligue des droits de l’Homme de Toulon et de Nice, une salle pour l’organisation d’un colloque les 10 et 11 février prochains, sur le thème du “ cinquantième anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie”.

 

Je tiens à dire que je partage entièrement la légitime émotion des rapatriés niçois et des membres d’associations de français d’Algérie. J’ai d’ailleurs fait aussitôt connaître par courrier à la Ligue des droits de l’homme, ma totale désapprobation quant à cette démarche, qui ne s’inscrit en aucune manière dans le cadre ou l’esprit, de la commémoration du Cinquantenaire à Nice.

 

En effet, j’ai souhaité que cette année du Cinquantenaire du Rapatriement d’Algérie à Nice (3) soit dédiée à nos compatriotes rapatriés de toutes confessions. Le programme mis en place par la Ville de Nice a été élaboré en commun puis validé par les associations de rapatriés et de Harkis et placé sous le Haut Patronage de la Présidence de la République.

 

Ainsi, je demande à la Ligue des Droits de l’Homme de Nice et de Toulon, de veiller à se montrer respectueuse des rapatriés et Harkis et à sursoir, dans un esprit de sagesse et d’apaisement, à la tenue de ce colloque, auquel je ne peux toutefois pas m’opposer juridiquement. »

 

Merci par avance de l’écho que vous pourrez réserver à cette information.

 

Contacts presse : Elodie Ching – 04 97 13 51 08 – elodie.ching@nicecotedazur.org


 

1   A Nice, a été érigé en 1973, un monument aux rapatriés (voir photo) qui cache mal l’hommage rendu à l’OAS, une plaque du mémorial étant dédiée « aux martyrs de l’Algérie française » et une autre à Roger Degueldre avec l’inscription « Roger Degueldre, symbole de l’Algérie française ». Roger Degueldre a été chef des commandos Delta de l’OAS, responsables de la mort de centaines de personnes, il a été condamné à mort et fusillé en 1962.

2   Annexe : Texte du communiqué du maire de Nice

3  ndlr : Il est à noter que le maire de Nice fait référence non pas au Cinquantenaire de la fin de la guerre d’Algérie, mais au « Cinquantenaire du Rapatriement d’Algérie » ! !

Partager cet article

Commenter cet article