Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Éric Zemmour et le régime de Vichy

7 Octobre 2014 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Mémoire Seconde guerre mondiale

Deux articles signalés :


temps présents

Ce que Zemmour veut dire

Par Dominique Sistach

Après sa dernière sortie en librairie (Le suicide français, Albin Michel, octobre 2014), Éric Zemmour, en usant toujours d’une stratégie de stimulation des médias et d’affrontement de ses commissionnaires, fixe par sa prose les thèmes qui servent son commerce. Aujourd’hui la réhabilitation de la France de Vichy, la dénonciation de ce qu’il assimile comme l’origine historique de notre hypothétique dissolution, en l’état la condamnation de la Révolution française, et au final, toujours les affabulations sur l’invasion migratoire. Bref, Zemmour est toujours un symptôme politique du temps présent.

C’était là l’objet de l’article "Ce que Zemmour veut dire. Zemmour, un symptôme politique du temps présent", publié le Jeudi 10 février 2011 dans la revue Respublica, ci-dessous repris : 

Les faits et les maux

Le 6 mars 2010 sur Canal plus, puis sur France Ô, Éric Zemmour défrayait la chronique médiatique par des propos à connotation raciste. Dans l’émission de Thierry Ardisson « Salut les terriens », il s’était indigné après une intervention d’un débatteur sur les contrôles de police au faciès : « Mais pourquoi on est contrôlé 17 fois ? Pourquoi ? Parce que la plupart des trafiquants sont Noir et Arabe, c’est comme ça, c’est un fait ». Le même jour, sur France Ô, il avait également tenu des propos controversés en affirmant que les employeurs « ont le droit » de refuser des Arabes ou des Noirs. « Discriminer, ça n’a rien d’infamant. On choisit ses employés, ses amis, ses amours… La vie humaine est une machine à discriminer. On a choisi ce mot pour nous imposer une certaine pensée ». Le polémiste en a profité pour demander la suppression de la Halde, responsable, selon lui, d’« incitation à la délation ». Immédiatement, Zemmour a été cité en justice pour diffamation et provocation à la discrimination raciale par SOS Racisme, la Licra, le MRAP, l’UEJF et J’accuse. Il se rétracte à moitié, dans une lettre adressée au président de la LICRA, regrettant que ses propos aient « pu heurter », tout en les maintenant sur le fait, selon lui qu’il n’y avait « pas eu de dérapage » (AFP). Réuni à la mi-janvier 2011, le parquet a demandé au tribunal correctionnel de Paris de condamner le chroniqueur pour diffamation à caractère racial et provocation à la discrimination raciale.

Cette affaire n’est pas la première. Zemmour avait déjà déclaré sur Arte le 13 novembre 2008 – alors qu’il était invité de l’émission Paris/Berlin : le débat – que Noirs et Blancs appartiennent à deux races différentes et que cette différence est faite par la couleur de la peau. « S’il n’y a pas de race, il n’y a pas de métissage. » (…) « À la sacralisation des races, de la période nazie et précédente, a succédé la négation des races. Et c’est d’après moi, aussi ridicule l’une que l’autre. » Ce premier incident médiatique n’appelait pas demande de sanction judiciaire, mais à un appel à la prudence salutaire du directeur adjoint des programmes de la chaîne Arte qui s’interrogeait sur une prochaine invitation de l’intéressé.

Enfin, et surtout serait-on tenté de dire, il reste l’œuvre de Zemmour, soit sa prose qui martèle ses obsessions sans que cela puisse prêter à quelques ambigüités sur ses accointances idéologiques. Dans son livre, le Premier sexe (2006), il assène des vérités révélées sur l’effondrement du monde, sur la décrépitude de l’Occident féminisé, sur le rejet d’une société civilisée par sa faiblesse. Le discours est viriliste, son monde sexué est celui de la prédation. Ce monde est définitivement conçu comme un état de nature qui doit se retrouver pour se pérenniser. Zemmour est un homme qui ne pense pas que le monde puisse changer autrement que par ses fondements sociobiologiques. Il est de ce point de vue, et pour tant d’autres, politiquement bio-centré. Dans un ouvrage plus récent, Petit frère (2008), il utilise le prétexte du roman pour se répandre contre cette « homosexualisation » du monde, contre cette faiblesse de l’homme perdu à s’abandonner à des penchants féminins (sic). Dans son univers, la castration semble être une obsession, tout autant que le métissage.

Zemmour : symptôme médiatique ou politique ?

Lire la suite sur Temps présents


Serge Berstein : “Zemmour se trompe lorsqu’il dit que Pétain a sauvé des Juifs”

Dans un chapitre de son dernier livre “Le Suicide français”, Eric Zemmour relativise le rôle du gouvernement de Vichy dans la déportation des Juifs français. L’historien Serge Bernstein le contredit et lui donne une leçon d’Histoire.

Eric Zemmour a suscité la polémique samedi soir, pour son retour sur le plateau d’On n’est pas couché, sur France 2, une émission où il fut chroniqueur entre 2006 et 2011. Invité pour présenter son dernier livre Le Suicide français, le polémiste français a été vivement interpellé par la journaliste Léa Salamé sur un chapitre du livre intitulé “Robert Paxton, notre maître à tous” dans lequel Zemmour relativise le rôle du gouvernement de Vichy dans la déportation des Juifs français.

Robert Paxton est un historien américain qui a été l’un des premiers à évoquer la collaboration du gouvernement de Vichy avec l’Allemagne nazie dans la déportation des Juifs, dans son ouvrage La France de Vichy 1940-1944 paru en 1973.

Pour analyser cette controverse, nous avons interrogé l’historien Serge Berstein co-auteur de Fascisme français ? (CNRS éditions à paraître le 9 octobre), un ouvrage qui répond aux thèses de Zeev Sternhell sur la France comme matrice du fascisme.

Lire la suite sur Les Inrocks




Partager cet article

Commenter cet article