Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Europe: un commissaire infréquentable (Antoine Perraud)

17 Septembre 2014 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Union européenne, #Europe

mediapartPour chapeauter l'éducation, la culture, la jeunesse et la citoyenneté, Juncker présente comme commissaire européen le Hongrois Tibor Navracsics. Voilà l'homme à tout faire de Viktor Orbán, national-populiste ennemi des valeurs démocratiques. Avant son audition par les eurodéputés, faut-il rester bouche bée face à un tel scandale ?

Imaginons une modification radicale des exigences européennes. Si nous passions du contrôle des margoulins au rayonnement de l’esprit ? On prête ce mot à Jean Monnet : « Si c’était à refaire, je commencerais par la culture. » Ce mea culpa, de la part d’un agent d’influence du marché, ne manque pas de sel. Même s’il est apocryphe, prenons-le au mot ! Pour que l’intendance – chicanes sur les déficits, chipotages des agences de notation – s’efface devant la seule querelle qui vaille : la pensée, la création, le partage et la transmission des valeurs et des œuvres.

(..)


Le dirigeant hongrois a dépêché à Bruxelles l’un de ses pions les plus sûrs. Ancien ministre des affaires étrangères, chargé de traduire en langage diplomatique les canailleries de son maître, Tibor Navracsics, 48 ans, était auparavant ministre de la justice à Budapest. Il avait alors procédé à l’élimination des juges récalcitrants et à l’étouffement de la Cour constitutionnelle à coups de lois scélérates. Il a fait passer une centaine de textes liberticides, sans véritable aval du Parlement – la législation sur les médias, entrée en vigueur le 1er janvier 2011, fut parmi les plus controversées. M. Navracsics a par ailleurs lancé des dizaines de procès politiques pour intimider ou réduire au silence l’opposition. Bref, de par sa servilité jamais démentie, cet homme s’est toujours posé en ennemi efficace de la démocratie.

Lire l'article complet sur Mediapart

Partager cet article

Commenter cet article