Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Forum du 20 janvier 2012 à Grasse Intervention de Adil, membre du Comité de soutien à Hakim Ajimi

27 Janvier 2012 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Police Justice

Adil :

D’abord nous tenons à vous faire savoir que nous avons monté un comité sur Marseille-Avignon. Aujourd’hui, la situation a vraiment quelque chose de particulier, le côté émotionnel est présent chez tous mais il va falloir aussi dépasser ça pour parler du racisme d’Etat qui est validé par tous les partis politiques.

Aujourd’hui, il va falloir investir le terrain de la mobilisation sociale. Cela fait trente ans que certains militent, ils se sont mobilisés et pourtant des meurtres, il y en a tout le temps. Il va donc falloir que chacun d’entre nous – ceux qui en ont la capacité, qui connaissent une certaine stabilité parce que la pauvreté et la précarité n’aident pas à militer- s’investisse davantage, en tout cas pour ceux qui ont des responsabilités.

Aujourd’hui, parmi ces associations qui militent depuis trente ans, parmi ces individus tout seuls qui militent en leur nom depuis trente ans, un certain nombre poussent vers le mouvement des quartiers populaires et de l’immigration parce que outre la violence policière, il y a tout qui s’abat sur nous : la question du logement, la question du travail –dernièrement il y a même une loi qui a été votée au parlement où des conditions sont mises au travail de nos mères, de nos sœurs, même le travail dans le privé peut leur être interdit. Jusqu’à quand va-t-on dormir ?

Il faudra qu’à un moment nous soyons courageux. Face à nos revendications de logement, de travail, par exemple pour nos sœurs même dans les crèches privées, face au développement de l’islamophobie, il faudra qu’on trouve une réponse politique parce que si on attend que les organisations politiques agissent à notre place, je peux vous le dire sereinement aujourd’hui, le calcul est vite fait, même si je ne suis pas ancien pour le dire, il est évident que s’il n’y a pas de mobilisation sociale et la réponse politique qui va avec, il est certain que mon fils de dix ans, il va encore se les traîner ces problèmes.

Il faut qu’on soit présent sur tous les combats politiques, qu’on pousse pour le développement des mouvements des quartiers populaires et de l’immigration.

Pour en revenir à la lutte d’aujourd’hui, nous on ne fait pas le procès de la police, mais la police et l’Etat et la justice sont en train de se tirer eux-mêmes une balle dans le pied. Ce que nous réclamons , c’est qu’il n’y ait pas d’impunité. Si tension, il y a, ce n’est pas nous qui l’aurons créée, ce sont eux qui sont en train de la créer parce qu’ils essaient de protéger des gens qui sont improtégeables.

Pour notre part, si nous, on tend la main à ces policiers qui font leur boulot tous les jours, qui servent la citoyenneté, il faut que eux ne protègent pas leurs collègues qui commettent des fautes impardonnables. C’est important pour la cohésion sociale. Nous, on est Français et on veut la paix. On est là pour vivre avec tout le monde. On n’est pas là pour Hakim, parce qu’il s’appelle Hakim ; cela aurait été François, cela aurait été la même chose et demain, c’est déjà François.

Aujourd’hui, ce sont les pauvres qu’on attaque qu’ils s’appellent François ou Hakim, ce sont les pauvres qu’on attaque, il ne faut pas qu’on l’oublie.

(Propos recueillis par Y.M. & A.V.)

Partager cet article

Commenter cet article