Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Gardez moi de mes amis ... quand Serge Ayoub et Esteban Morillo ne se connaissaient pas (REFLEXes)

9 Septembre 2013 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Extrême-droite

Publié le 9 septembre 2013
par Reflexes

Lorsque la police interroge Serge « Batskin » Ayoub, peu après l’arrestation des agresseurs de Clément Méric, le jeune antifasciste assassiné le 5 juin à Paris, il prétend ne rien savoir des personnes interpellées, en particulier du responsable du coup mortel, Esteban Morillo. Pourtant, ce dernier est membre de son organisation, Troisième Voie, qui ne compte que quelques dizaines de militants. Pourtant, une photo de groupe montre Ayoub et Morillo posant fièrement côte à côte. Pourtant, lors de la manifestation organisée par Serge Ayoub le 13 mai 2013, moins d’un mois avant l’assassinat de Clément, Morillo est en première ligne du cortège de Troisième Voie (TV), portant fièrement le drapeau de l’organisation. Devant l’évidence, Ayoub a bien été forcé de finalement reconnaître du bout des lèvres avoir croisé ici ou là Morillo… Et ce faisant, une fois encore, non seulement il ne dit pas la vérité, mais il ment effrontément : car Serge Ayoub, au contraire, connait très bien Esteban Morillo, à l’instar d’autres membres de TV.

Au mois de juillet 2012, les Éditions du Salut Public, une association loi 1901, est déposée en préfecture. Ses deux membres fondateurs sont Serge Ayoub et Delphine Ferry [1], qu’on suppose très proches puisqu’ils partagent la même adresse à Meudon, dans les Hauts-de-Seine (le siège de l’association est lui au 92 rue de Javel, à Paris : c’est l’adresse du Local, le bar d’Ayoub). Pour rappel, Salut Public est le nom de la publication officielle de troisième Voie, dont l’adresse se situe 10, rue Primatice, dans le 13e arrondissement de Paris : cette adresse était celle de la boutique de disques et de fringues de « Batskin », Bad StreetShop, avant qu’il ne ferme boutique quelques mois seulement après son ouverture. Mais, si la boutique a fermé, le business, lui, continue…

En effet, Pur Impact, une EURL (Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée) voit le jour en novembre 2012 : son unique associée est la même Delphine Ferry, et son siège social est… au 10, rue Primatice, à Paris. Il s’agit d’une régie publicitaire de presse professionnelle, qui va se faire une petite clientèle auprès de revues professionnelles hyperspécialisées (Tunnel et Espace souterrain pour les ingénieurs, Informations fleuristes , Le Cardiologue et le Rhumatologue , Le Défrenois pour les notaires, La Dépêche vétérinaire , Stores et fermetures , Chocolat & Confiseries …) ou s’adressant aux plus riches d’entre nous, comme la revue Présidence , qui se définit comme « une source d’informations axées sur les plus belles créations du luxe et de l’élégance » et qui « vise une clientèle spécifique caractérisée par son exigence, son mode de vie international et un niveau de revenu très important. » On le voit, on est bien loin des discours prolétariens à tendance national-socialiste de Salut public : pourtant, le responsable commercial de Pur Impact n’est autre que Hugo Lesimple-Viennet [2], rédacteur en chef de Salut Public ( Serge Ayoub en est le directeur de publication).


http://reflexes.samizdat.net/local/cache-vignettes/L508xH376/Hugo-Lesimple-af111.jpg

 


« Hugo Lesimple en 2010 (en bas) en jeune dandy-gudard à la mode Edouard Klein, 2 ans plus tard, le même après sa reconversion chez Ayoub, rasé de prêt et saluant les nazis-skins du Picard Crew »

Peu étonnant de retrouver Delphine Ferry et Hugo Lesimple dans une même structure professionnelle (en plus de leur activisme chez TV) puisqu’ils sortent tous 2 de la même société « PLS Associés », société ayant la même activité commerciale que Pur Impact. La contradiction est encore plus flagrante dans ce cas puisque l’embauche d’Hugo en tant que commercial coïncide au moment où la société va cibler « les plus hauts revenus nets des professions libérales » afin de lancer des « packs hauts-revenus ». Cela n’empêchera pas H. Lesimple, dans son introduction à « Doctrine du solidarisme » de S. Ayoub, de déclarer « face à cette hyper-classe, le solidarisme est la doctrine des sans-culottes modernes. »

 

« Contact de Deplhine Ferry sur le site internet de la société « PLS Associés » avant qu’elle ne la quitte »

 

http://reflexes.samizdat.net/local/cache-vignettes/L508xH381/C9M-2010-5-8c044.jpg

 

Et Morillo, dans tout ça ?

Celles et ceux qui ont un peu suivi l’actualité qui a suivi la mort de Clément se rappellent peut-être qu’Esteban Morillo était non seulement un néonazi, mais également un ami des animaux (Hitler était bien végétarien…). Le 25 février 2013, il fonde avec… Delphine Ferry (qui habite toujours à la même adresse à Meudon), Section Défense Animale, une association pour la défense des droits des animaux. Étrangement, Salut public, la revue fondée par Ayoub, rend compte des activités de Section Défense Animale dès le mois de décembre 2012, bien avant la création officielle de l’association, présentant ses militants comme « des partisans de Troisième Voie ».

 

http://reflexes.samizdat.net/local/cache-vignettes/L508xH241/ExtraitDroitDesAnimaux-9e5cc.jpg

 

« Extrait de Salut Public »

Mais c’est normal : l’association dont Morillo est le président et la revue dont Ayoub est directeur de publication partagent la même adresse, au 10, rue Primatice ! Forcément, ça crée des liens… Ainsi, si on résume, Morillo et Ayoub ont en commun :

- un engagement militant au sein d’une même organisation groupusculaire ;

- une proximité avec la même femme, Delphine Ferry, qu’ils connaissent personnellement ;

- une adresse qu’ils partagent pour leurs activités militantes.

 

http://reflexes.samizdat.net/local/cache-vignettes/L508xH410/CM9-2013-ecbc0.jpg

 

« Dephine Ferry avec son beau Tee-shirt « Troisième Voie », avec Esteban Morillo et Samuel Dufour (le 2me inculpé et incarcéré) dans le cortège TV du 12 mai 2013 »

On pourrait imaginer que cela fait de Serge Ayoub et Esteban Morillo des amis, mais c’est mal connaître « Batskin », dont l’arrogance n’a d’égale que l’absence de loyauté à l’égard des gens qu’il fréquente. Comme il avait lâché, lors de leur procès en octobre 2000, Régis Kérhuel et Joël Giraud (deux skins originaires du Havre et membres des JNR, accusés d’avoir tué un Mauricien dans le port du Havre), son premier réflexe, une fois encore, a été de nier (de renier) ses relations avec Esteban, affirmant ne pas le connaitre, et tentant piteusement de disculper ses troupes.

Y’a pas à dire, c’est bien là l’attitude d’un véritable ami, et d’un franc camarade !



------
Cet article est libre de droit, mais nous vous demandons de bien vouloir en préciser la source si vous en reprenez les infos :
REFLEXes http://reflexes.samizdat.net , contact : reflexes(a)samizdat.net

http://reflexes.samizdat.net/spip.php?article502

------

[1] Delphine Ferry est militante parisienne de Troisième Voie depuis le début (http://fafwatch.noblogs.org/post/2012/01/11/conference-sur-les-dangers-d%E2%80%99internet-chez-serge-ayoub-la-suite/), elle est aussi dépositaire des noms de domaine 3mevoie.com et solidariste.com aujourd’hui fermés

[2] ancien du GUD des années 2009-2010 avant d’être recruter par Serge Ayoub pour TV, et également rédacteur sur le site de Riposte laïque sous le pseudonyme d’Ugo Steiger

Partager cet article

Commenter cet article