Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Gush Shalom demande à l’UE de ne pas mollir sur les directives européennes

10 Septembre 2013 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Palestine Union européenne

"Lettre ouverte aux ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne et représentants de l’Union Européenne

gushlogoExtrêmement inquiets de l’avenir de notre pays et de notre région, nous, citoyens israéliens, nous vous écrivons cette lettre avant la réunion du Conseil des Affaires Étrangères de l’Union Européenne, prévue pour le 6 septembre.

Nous vous écrivons spécialement en tant que membres de « Gush Shalom », Bloc de la Paix israélien, mouvement populaire pour la paix, qui a été fondé en 1992. Depuis lors, notre mouvement s’est efforcé de s’engager auprès du système politique et de promouvoir l’idée de la paix entre Israël et ses voisins palestiniens et ses autres voisins arabes. Nous croyons fermement que la survie et la prospérité durables d’Israël dépendent de la capacité de notre pays à réaliser l’intégration dans la région. La première chose à accomplir est le retrait des territoires occupés en 1967 et la création d’un état palestinien indépendant dans ces territoires, qui se fait attendre depuis longtemps.

Ces dernières années, nous avons constaté avec de plus en plus d’inquiétude la recrudescence du nationalisme expansionniste dans la société et le système politique israéliens. L’interprétation tendancieuse et sélective des Écritures juives donne souvent lieu à la justification religieuse de ce genre de manifestation. Ceux qui représentent cette tendance occupent des postes importants dans chaque gouvernement israélien, y compris celui d’aujourd’hui. Ce nationalisme expansionniste se manifeste spécialement dans la détermination de garder les territoires occupés par l’armée israélienne depuis 1967 et dans l’implacable poursuite du maintien et de l’expansion des colonies dans ces territoires.

Non seulement les colonies constituent une violation du Droit International et un gros obstacle à une paix possible entre Israël et ses voisins, mais une grande partie des ressources économiques de notre pays est investie chaque année dans le trou sans fond du projet de construction de colonies, au préjudice de la société israélienne dans son ensemble.

Vu cette situation, nous vous écrivons, en pleine connaissance du rôle capital que peuvent et doivent jouer la Communauté internationale en général et l’Union Européenne en particulier. Nous faisons référence à la résolution du Conseil des Affaires Étrangères du 10 décembre 2012, par laquelle l’Union Européenne a déclaré son engagement à « s’assurer que, conformément au Droit International, tous les accords entre l’État israélien et l’Union Européenne indiquent explicitement et sans équivoque qu’ils ne s’appliquent pas aux territoires occupés par Israël en 1967, à savoir les Hauteurs du Golan, la Cisjordanie, y compris Jérusalem Est et la Bande de Gaza ». Nous faisons aussi référence aux directives publiées par la Commission le 19 juillet dernier, destinées à la mise en œuvre réelle de cette résolution.

Comme vous devez le savoir, la publication des directives du 19 juillet a produit en Israël un impact beaucoup plus grand que la déclaration à ce propos – parce que c’était simplement la première fois que l’UE est allée au-delà de la désapprobation verbale à l’égard des colonies. La participation d’Israël au Projet européen Horizon 2020 dépendait maintenant de la déclaration explicite du gouvernement israélien de son adhésion aux principes mentionnés ci-dessus.

Le gouvernement Netanyahou doit faire face à un grave dilemme : Il lui faut en effet choisir de promouvoir le projet de colonisation ou d’obtenir les énormes bienfaits que les sciences, la vie académique et l’économie israéliennes pourraient tirer de la participation au Projet Horizon 2020 – du fait que ces deux objectifs s’excluent mutuellement.

Comme on l’a entendu et vu plusieurs fois dans les médias, le gouvernement Netanyahou espère éviter ce dilemme, en persuadant l’Union Européenne de modifier ou d’ « adoucir » votre position. En outre, mention a été faite de ces démarches du gouvernement d’Israël, dans votre programme du 6 septembre.

Nous voulons vous faire savoir que beaucoup d’entre nous en Israël considérons que votre récente position, telle qu’elle est, est l’expression d’une vraie amitié et d’égard envers Israël. Il faut absolument qu’Israël, notre pays, adopte les normes de conduite qui existent dans les Démocraties Occidentales dont Israël voudrait faire partie. Il est de l’intérêt d’Israël, quant à son existence, d’accepter le fait que, dans le monde d’aujourd’hui, il est inacceptable de dominer un peuple par la force, de confisquer la terre de ce peuple et de la coloniser. L’Union Européenne agirait vraiment dans les meilleurs intérêts d’Israël en insistant sur ce principe avec détermination.

Nous savons parfaitement que, en plus de ce problème, vous vous inquiétez de la situation dans les autres pays de notre région – spécialement la Syrie et l’Égypte, et que celles-ci vont très certainement occuper une place importante dans le programme de votre prochaine réunion. On aurait tort d’affirmer que tous les problèmes du Moyen Orient ont leurs origines dans le Conflit Israélo-Palestinien. Mais il serait tout à fait juste de dire que la fin de l’occupation israélienne et la solution à notre interminable conflit, pourrait exercer une influence positive et apaisante dans toute la région.

Nous vous prions d’agréer l’expression de nos respectueuses salutations,

Uri Avnery

Adam Keller

Au nom du Mouvement Gush Shalom

(Traduit par Chantal C. pour CAPJPO-EuroPalestine)

Lire aussi sur ce sujet : http://www.lefigaro.fr/internationa...

CAPJPO-EuroPalestine

Partager cet article

Commenter cet article