Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Hassan Jabareen : La signification juridique de ‘l’État juif’ et la Naqba

29 Mars 2014 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Palestine

Contribution de Hassan Jabareen: avocat , fondateur et directeur général de Adalah – Le Centre juridique pour les droits des minorités arabes en Israël.

Publiée dans la brochure de MADAR, the palestinian forum for israeli studies, intitulée :

Sur la reconnaissance de l’«État juif» – février 2014

 

La signification juridique de ‘l’État juif’ et la Naqba. Hassan Jabareen http://www.agencemediapalestine.fr/wp-content/uploads/hassanjabareen2.jpg

(Trad. Michèle Sibony)

Quelles sont les valeurs de l’État d’Israël en tant qu’ «État juif et démocratique»?

Quel est l’impact de ces valeurs sur les Palestiniens? Les réponses à ces questions seront plus claires si nous posons une troisième question qui concerne la loyauté palestinienne à l’État juif: Quelles sont les implications de la reconnaissance de l’État d’Israël comme État juif par le peuple palestinien? Ce petit article s’intéresse à ces questions.

Des chroniqueurs proposent une gamme variée de perspectives politiques sur l’idée d’un État juif. Certains argumentent par exemple qu’un État juif garantirait que palestiniens et juifs vivent ensemble pacifiquement et dans l’égalité, alors que d’autres affirment que cela créerait un état qui contrôle et privilégie exclusivement un groupe ethnique. Frank Michelman1 par exemple soutient que si l’idée d’un état juif signifie ‘un État où les personnes d’identité culturelle et croyance religieuse juive sont assurées de pouvoir vivre en juifs authentiques en toute sécurité et avec un total respect social’ alors il n’y a aucune contradiction avec un universalisme libéral. Mais il soutient aussi qu’il serait très problématique que l’idée d’un État juif signifie ‘Israël sera un état qui encourage et soutient une prévalence de l’expression culturelle juive dans l’espace public ou… un État où les juifs ou la nation juive s’ auto détermine politiquement au niveau d’un État-nation.’

Dans cet article je ne m’intéresse pas simplement à l’État juif en tant qu’idée. C’est le sens juridique officiel de ce terme qui me concerne. Comment cela s’applique et comment cela fonctionne en droit, y compris dans les décisions de la Cour Suprême israélienne. Je ne m’intéresse pas non plus à comment devrait être l’Etat juif, mais de fait à ce qu’ il est aujourd’hui.

Mon principal argument est que les valeurs de l »État juif et démocratique’ visent principalement à assurer et préserver les acquis militaires israéliens de la guerre de 1948-49, et donc nient les conséquences de la Nakba, la catastrophe du peuple palestinien. Je montrerai qu’à travers les années les autorités se sont essentiellement appuyées sur un argument de ‘sécurité nationale’ et des lois arbitraires sans insister sur l’ethnie, afin d’exercer une hégémonie et une domination ethnique. La doctrine d’un État ‘juif et démocratique’ commence à apparaître directement dans les lois dans les années 90 et elle remplace certains aspects du rôle de l’argumentation de sécurité, tout en maintenant une forte interdépendance avec le vaste concept de sécurité. Ma conclusion se référera à l’idée de capitulation et comment elle est liée à la reconnaissance par le peuple palestinien de l’État comme ‘État juif’.

L’argument de la sécurité et les premières années de l’État

Lire la suite sur le site de l'AMP

Partager cet article

Commenter cet article