Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Hollande et les Roms : il y a urgence à corriger le tir (Collectif de militants du MRAP)

16 Février 2012 , Rédigé par Collectif de militants du MRAP Publié dans #Roms migrants, #MRAP expressions plurielles, #Étrangers et immigrés

Déclaration d'un collectif de militants.

 

Hollande et les Roms : il y a urgence à corriger le tir

 

En 2010, les déclarations répétées de Nicolas Sarkozy, le démantèlement des camps et les multiples expulsions de Roms - ont constitué durant l’été une véritable campagne d’agression contre ces populations et avaient valu à leurs auteurs la vive condamnation d’une grande partie de la classe politique, des associations et même d’organisations internationales.

 

Aujourd’hui, les propos tenus en début de semaine par le candidat François Hollande montrent l’inconséquence d’hommes politiques qui, à propos des Roms, n’osent pas aller de façon déterminée à l’encontre des préjugés entretenus sur leur compte ; les Roms sont des citoyens de l’Union européenne, mais ne bénéficient pas de tous les droits reconnus aux citoyens d’autres États-membres, notamment la liberté de travail et d’établissement..

 

La campagne électorale doit être l’occasion de dénoncer ce déni d’égalité, cette injustice dont sont victimes les Roms et de développer des propositions en rupture avec les clichés brutalement assénés par Nicolas Sarkozy.

 

Les propositions faites par François Hollande sont de ce point de vue là très inquiétantes lorsqu’il déclare au sujet des Roms qu’il faut «des règles européennes pour éviter que nous re-connaissions cette circulation encore et encore, et ensuite qu'il y ait des camps qui puissent être ceux de notre propre décision, c'est-à-dire éviter que ces populations ne s'installent n'importe où».

 

A une franche rupture avec les représentations dominantes qui demande d’afficher de réelles convictions et un plan d’action crédible et soucieux du droit de tous quelles que soient les circonstances, François Hollande a préféré prendre une distance certaine avec des valeurs qui ne peuvent être négociables.

En ce sens il ne fait qu’apporter une caution à tous ceux qui désignent les Roms comme un problème pour la société française alors que seul un plan d’ensemble complet et cohérent – alliant le respect des valeurs d’égalité, de liberté et de dignité, mais également et surtout une nécessaire pédagogie envers les personnes perméables à la stigmatisation dont les Roms sont victimes, ici et dans leurs pays d’origine – reste sans aucun doute la meilleure façon de lutter contre un racisme qui, comme tous les autres racismes, ne peut être ni sous-estimé ni toléré.

Pour nombre de militants antiracistes et des droits de l’Homme, il est plus que nécessaire que François Hollande corrige le « tir », et que de façon plus générale, au cours de cette campagne électorale, tous les candidats se réclamant des valeurs républicaines se refusent à instrumentaliser la présence des Roms en France.

En cela il est plus que jamais indispensable que soit entendu et suivi d’effets l’appel du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe qui, dans son communiqué du 2 février 2012 appelait les gouvernements à « s’abstenir d’utiliser une rhétorique anti-Rom, en particulier pendant les campagnes électorales, et à condamner fermement, rapidement et en public, tous les actes de violence raciste envers les Roms, y compris les menaces et les intimidations, ainsi que les discours de haine à leur encontre ».

 

Le 16 février 2012

 

Partager cet article

Commenter cet article