Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Il est temps pour la Palestine

11 Novembre 2012 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Palestine

Rebonds, Libération, mercredi 7 novembre 2012

Source

Par plusieurs associations de jeunes

Nous sommes les enfants d’Oslo. Nous avons inno­cemment cru que ces accords, que cette poignée de main entre Yasser Arafat et Yitzhak Rabin, pou­vaient être pré­mices de paix et de justice pour le peuple pales­tinien, de paix et de sécurité pour le peuple israélien. Nous avons grandi et constaté que rien n’avait changé, tout au contraire, que le pro­cessus de négo­ciation était au point mort.

En toute impunité et en toute illé­galité au regard du droit inter­na­tional, l’occupation mili­taire perdure et le nombre de colonies s’accroît en Cis­jor­danie. Elles privent les Pales­ti­niens de leurs terres, celles qu’ils ont héritées de leurs ancêtres. Le mur, reconnu illégal le 9 juillet 2004 par la Cour inter­na­tionale de justice, par­ticipe au cloi­son­nement et à la sépa­ration des popu­la­tions. A l’heure où l’on écrit ces lignes, plus de 4 600 Pales­ti­niens hommes, femmes et enfants, crou­pissent dans les prisons de l’armée israé­lienne après être passés devant un tri­bunal mili­taire, tout aussi illégal au regard du droit inter­na­tional. La bande de Gaza, véri­table prison à ciel ouvert, où 54% de la popu­lation souffre d’insécurité ali­men­taire, subit les maux d’un blocus inad­mis­sible et condamné.

Nous n’acceptons plus l’idée selon laquelle la paix pourrait venir de négo­cia­tions entre le pot de terre et le pot de fer, le tout sous l’arbitrage partial des Etats-​​Unis. L’heure tourne, sans qu’aucune réelle ten­tative de reprise du pro­cessus, sur la base du droit inter­na­tional, n’ait été engagée. Le gou­ver­nement israélien joue la montre, rendant chaque jour la solution à deux Etats plus incer­taine. Les accords d’Oslo devaient per­mettre à l’Etat d’Israël de « vivre en paix et dans la sécurité ». La « paix » et la « sécurité » ne seront assurées que par la recon­nais­sance des droits pales­ti­niens, et non par leur vio­lation. La Palestine demande son Etat, qui lui revient de droit.

Il est temps de ne plus être passif face à cette situation et de prendre enfin nos res­pon­sa­bi­lités. L’Organisation de libé­ration de la Palestine, en la per­sonne de Mahmoud Abbas, a plaidé le 27 sep­tembre au siège des Nations unies pour obtenir le statut d’Etat non-​​membre. La France, pays de la Décla­ration des droits de l’homme, doit mettre ses valeurs en appli­cation et recon­naître le droit des peuples à dis­poser d’eux-mêmes. Il est temps de faire preuve de courage poli­tique, que notre pays se sou­vienne de ce qu’il a produit de plus beau et reprenne sa place sur la scène inter­na­tionale, en par­ti­culier dans cette région du monde. Cette paix n’est envi­sa­geable qu’avec un Etat de Palestine sou­verain. C’est pourquoi, nous, orga­ni­sa­tions de jeu­nesse, appelons la France, à recon­naître l’Etat de Palestine dans les fron­tières de 1967 avec Jérusalem-​​Est pour capitale, et à voter pour son admission à l’ONU.


Asso­ciation France Palestine Soli­darité Groupe jeu­nesse ; Etu­diants musulmans de France ; Jeunes écolo­gistes ; Mou­vement jeunes com­mu­nistes de France ; Mou­vement jeunes socia­listes ; Réseaux jeunes du Parti de Gauche ; Secteur jeune de Gauche uni­taire ; Union des étudiants communistes.

Partager cet article

Commenter cet article