Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Iran-États-Unis, un accord qui changerait la face du Proche-Orient (Bernard Hourcade)

22 Novembre 2014 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Proche et Moyen-Orient, #Iran

Bernard Hourcade est intervenu au colloque organisé par des militants du MRAP le 25 octobre 2014 : Pour une lecture profane des conflits et des guerres.

 


« Jamais la possibilité d’un accord n’a été aussi proche. » Le secrétaire d’État américain John Kerry ou le vice-ministre russe des affaires étrangères Sergueï Ryabkov rivalisent depuis peu de petites phrases optimistes, comme pour préparer les opinions et les chancelleries diplomatiques à un événement qui ouvrirait la porte à un changement majeur dans les rapports de force au Proche-Orient : le retour de l’Iran en tant qu’acteur politique et économique proactif et non plus seulement réactif, isolé dans une posture d’opposition ou par des sanctions.

 

http://orientxxi.info/IMG/arton752-resp800.jpg

La page se tournera-t-elle, ce lundi 24 novembre, date butoir pour les négociations sur le nucléaire iranien  ? L’enjeu dépasse de loin la question, très grave en elle-même, de la prolifération nucléaire. Il s’agit ni plus ni moins de mettre un terme à 35 ans de conflit entre la République islamique d’Iran et les États-Unis. À l’évidence, les alliés locaux des Occidentaux ne sont pas en mesure de gérer les crises régionales qui s’amplifient : «  printemps arabes  », guerre de Syrie, émergence de l’organisation de l’État islamique (OEI), rivalité croissante entre l’Iran et l’Arabie saoudite évoluant vers un conflit culturel et religieux sunnite/chiite incontrôlable, détérioration du conflit israélo-palestinien qui lui aussi prend un tour religieux. La chute des cours du pétrole et les grandes manœuvres sur le marché du gaz ajoutent enfin un enjeu économique à ces crises dont l’Iran est un acteur majeur. Un accord international sur le nucléaire iranien ne serait pas un renversement d’alliance mais simplement le début d’un retour à l’équilibre, à un peu de rationalité, indispensable pour stabiliser la région. À court terme, il y a obligation de résultat pour que la crise provoquée par l’OEI ne dégénère pas en guerre.

Lire la suite sur Orient XXI

Partager cet article

Commenter cet article