Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Iran/Israël, après le rapport de l’AIEA (Collectif de militants du MRAP)

12 Novembre 2011 , Rédigé par Collectif de militants du MRAP Publié dans #Iran, #Proche et Moyen-Orient

Depuis quelques jours, les autorités israéliennes ont multiplié les déclarations sur d’éventuelles frappes sur des installations nucléaires iraniennes comme elles l’avaient fait lors de la destruction du réacteur Osirak, en Irak en 1981.

Aujourd’hui, le contexte international est différent et les contraintes politiques et militaires rendent cette opération difficilement réalisable en dehors du consentement des États-Unis qui de fait, malgré leur engagement déclaré à soutenir Israël, ne semblent ne pas prêts à se lancer dans une attaque dont les conséquences seraient incalculables, une opération ciblée pouvant à tout moment dégénérer et se transformer en véritable bourbier.

D'autre part, alors que la crise économique et financière internationale se développe, les coûts financiers pour des budgets déjà déficitaires et l'incertitude quant à la durée et aux conséquences d'une intervention ont certainement pesé en défaveur d'une solution militaire.

 

Aujourd’hui, de façon paradoxale, la sévérité du rapport de l’AIEA éloigne (pour un temps ? ) l’option militaire qui est loin de convaincre, parfois même les militaires israéliens et répond au scénario élaboré par le gouvernement de Tel-Aviv qui peut se résumer à : soit vous prenez des mesures d’embargo suffisantes pour mettre à genoux l’Iran, soit nous intervenons militairement contre ce pays.

A ce stade, le choix laissé à la « communauté internationale », soucieuse d’éviter la guerre est d’accentuer les sanctions –avec sans doute la satisfaction illusoire de sauver la paix en évitant l’irréparable.

Si l’on peut se féliciter de voir éloignées les menaces de guerre, il nous faut cependant, en dehors de toute considération sur la nature du régime iranien, condamner dès à présent une aggravation des sanctions qui ont montré leur inefficacité et leur nocivité en ce qu’elles touchent prioritairement les populations civiles comme ce fut le cas en Irak.

Face aux accusations portées contre l’Iran, la vigilance s’impose dès lors que l’AIEA ne présente guère plus de garanties d’indépendance que l’Unscom, autre agence des Nations Unies qui avait conclu à la présence d’armes de destruction massive en Irak. Un mensonge qui avait permis, avec la bénédiction de l’ONU, d’intervenir militairement.

Aujourd’hui, devant une situation comparable et dans la logique des exigences imposées à l’Iran, n’est-il pas temps de demander le démantèlement complet de tous les arsenaux nucléaires, y compris celui d’Israël qui possède un parc nucléaire estimé à plusieurs centaines de têtes, mis au point en secret, ce pays de même que l’Inde et le Pakistan, refusant toute inspection de l’AIEA et de signer le TNP (Traité de non-prolifération nucléaire).

C’est la seule façon d’éviter une course à l’armement nucléaire.


Le 9 novembre 2011

 

Partager cet article

Commenter cet article