Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Israël : de 30 000 à 40 000 Bédouins déplacés de force

7 Mai 2013 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Israël et le sionisme

http://www.assawra.info/IMG/arton3203.jpgUne commission interministérielle israélienne a approuvé lundi un projet de loi qui prévoit le déplacement des dizaines de milliers de Bédouins du désert du Néguev vers des villages reconnus. L’initiative a été dénoncée par des représentants des Bédouins. Ce projet de loi doit, selon la radio militaire, être examiné par le Parlement en trois lectures avant d’être appliqué. Il impliquerait le déménagement forcé de 30 000 à 40 000 Bédouins, tandis que 12 000 autres ont obtenu l’autorisation légale de rester sur leur lieu d’habitation actuel.

L’Association pour les droits civiques en Israël a dénoncé ce projet et appelé le gouvernement à reconnaître les villages bédouins afin d’assurer leurs "droits fondamentaux". "Ces déplacements forcés vont porter atteinte à des dizaines de villages et des dizaines de milliers de Bédouins, qui vont être dépossédés de leurs propriétés et de leurs droits historiques sur leurs terres, tout en détruisant le tissu social de leur communauté en condamnant des milliers de familles à la pauvreté et au chômage", selon le communiqué de l’ONG israélienne. "Parallèlement, le gouvernement promeut le développement de nouvelles localités juives dont certaines doivent même être érigées sur les ruines des villages de Bédouins", déplore l’ONG.

Quelque 200 manifestants, dont une majorité de Bédouins, ont protesté lundi devant le bureau du Premier ministre, Benyamin Netanyahou, en brandissant une banderole sur laquelle était écrit : "Le but est de nous déraciner". Environ 160 000 Bédouins vivent en Israël, la plupart dans ou aux alentours du désert du Néguev. Plus de la moitié habitent dans des villages non reconnus et sans services publics. La plupart des autres vivent également dans des conditions d’extrême pauvreté.

Source

Partager cet article

Commenter cet article