Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

"'L'appel à la révolte' de Christian Estrosi est un appel à la haine" (Benjamin Abtan)

8 Juillet 2013 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Tsiganes et voyageurs

Christian Estrosi a livré dimanche son "mode d'emploi" pour "mater" les gens du voyage. Benjamin Abtan et Alain Daumas, présidents du mouvement antiraciste et de l'Union française des associations tsiganes, s'indignent contre son appel à la révolte.

 

"L'appel à la révolte" lancé par Christian Estrosi à l'intention des maires de France est un véritable appel à la haine contre une partie de la population française, les "gens du voyage". Ces violentes déclarations antirépublicaines sont d'autant plus graves qu'elles émanent d'un élu de la République, haut responsable d'un grand parti politique et ancien ministre

Tout se passe comme si, alors que Nicolas Sarkozy annonce son retour en politique, Christian Estrosi cherchait à faire vivre l'esprit du funeste "discours de Grenoble" de l'ancien président de la République et sa coupable désignation des gens du voyage et des Roms étrangers à la vindicte populaire. 

Cet appel à la violence et à la discrimination prend toute son ampleur dans les contextes local, national et européen. 

Surenchère avec le Front national

A Nice, tout d'abord, Estrosi joue la surenchère nauséabonde avec le Front national, dont le président d'honneur Jean-Marie Le Pen a poursuivi, le 4 juillet dernier, la tradition de déclarations racistes de son parti en parlant de la présence "urticante" et "odorante" des Roms, entretenant par ailleurs la confusion entre "gens du voyage" et "Roms étrangers". 

Le contexte local est également fortement marqué par la ratonnade dans les quartiers nord de Marseille de septembre 2012 contre des Roms étrangers, ratonnade qui avait alors été suscitée et soutenue par la sénatrice-maire PS du 15e arrondissement Samia Ghali.

 

 Lire la suite sur L'Express.fr

 

 


Partager cet article

Commenter cet article