Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

L’archéologie, nouvelle guerre des pierres de Jérusalem

6 Mai 2013 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Palestine Jérusalem

A Jérusalem, on creuse, on casse. Des maisons, des sépultures, des céramiques… arabes. Au nom d’une archéologie mise au service de la politique, et qui menace la paix.

http://images.telerama.fr/medias/2013/02/media_94104/la-nouvelle-guerre-des-pierres,M105758.jpgOn dit que c’est la ville des prophètes, « ceux qui annoncent l’avenir ». Pourtant, sous le ciel bas et lourd de cette fin janvier, c’est un étrange ballet de Juifs myopes, de diplomates borgnes et de chrétiens aveugles qu’offre Jérusalem. Vue basse des familles juives orthodoxes fendant tête baissée le quartier arabe de la vieille ville pour rejoindre le Mur des lamentations ; aveuglement des pèlerins remontant fiévreusement la via Dolorosa, imperméables au drame qui se noue alentour ; biglerie des diplomates, enfin, occupés depuis des lustres à une « médiation dans le conflit israélo-palestinien » qui ne mène nulle part. Quelqu’un sait-il ce que Tony Blair, l’« envoyé officiel » du fameux Quartet (1) , fait à Jérusalem depuis 2007 ? Quiet, please. En attendant, on creuse.

On creuse même beaucoup à Jérusalem. Et ça ne facilite pas la circulation – surtout celle des idées. Les fouilles ne datent pas d’hier, puisque les premiers archéologues (européens) sont arrivés dans les années 1850. Avec une obsession, rappelle le chercheur Vincent Lemire dans son étude Jérusalem 1900, qui vient de paraître : retrouver la Bible. Et une victime collatérale : la ville « réelle ». Dès la fin du xixe siècle, raconte en effet Lemire, la ville contemporaine « est volontairement écartée pour tenter d’apercevoir "sous les pavés la Bible", c’est-à-dire sous la réalité urbaine quotidienne des habitants de Jérusalem les traces plus ou moins fantasmées de la ville antique ». C’était le temps des pionniers.

Lire la suite sur Télérama

Partager cet article

Commenter cet article