Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Conférence le 16 mars 2012 à Paris : L’histoire au service du néo-nationalisme.

2 Mars 2012 , Rédigé par MRAP Paris 5-13 Publié dans #Initiatives locales, #Histoire, #MRAP expressions plurielles

 

Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples

43 boulevard de Magenta - 75010 Paris  

Tél. : 01 53 38 99 99 - Fax : 01 40 40 90 98

43 boulevard de Magenta 75010 Paris


MRAP 5/13

 BP 61 75227 Paris Cedex 05

  logo-bandeau-couleur.jpg

 

   Jeanne d’Arc

Jaurès

Guy Môquet

 

L’histoire au service du néo-nationalisme

 

Conférence-débat

avec Nicolas Offenstadt

 

Vendredi 16 mars 2012 à 20 h

 

Cinéma La Clef

21 rue de La Clef 75005

M° Censier-Daubenton ; Autobus 47

 

PAF

Nicolas Offenstadt, Maître de conférences à la Sorbonne et historien. Membre du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire (CVUH). Il est intervenu régulièrement pour démonter les usages de l’histoire par Nicolas Sarkozy


Bibliographie sélective :

- L'historiographie

 Presses Universitaires de France

-14-18 aujourd'hui, la Grande guerre dans lla France d’aujourdhui

O. Jacob

- Les fusillés de la Grande guerre et la mémoire collective

O. Jacob·

- L'histoire bling-bling, le retour du roman national

Stock

Né dans la clandestinité et la résistance au nazisme et au fascisme, le MRAP a été créé en 1949, à l’initiative d’anciens résistants et déportés.

Il n’a cessé de combattre toutes les formes de racisme, d’agir pour l’amitié entre les peuples et pour l’égalité des droits entre tous les êtres humains.

Les luttes historiques du MRAP : contre l’antisémitisme, contre l’apartheid en Afrique du Sud, contre la ségrégation et pour le droit des minorités aux Etats-Unis, contre le colonialisme et ses implications racistes, contre le racisme à l'égard des Tsiganes et des immigrés, pour la régularisation de tous les sans-papiers et fermeture des centres de rétention.

Le MRAP est à l’origine de la loi du 1er juillet 1972 qui fait du racisme non pas une opinion mais un délit.

Le passé national est sans cesse mis à contribution par la Président de la République. Il fait de l’histoire clinquante, voyante qui a un sens nationaliste, une direction – des Gaulois à Sarkozy – et une volonté : refuser la repentance.

Cette histoire se marque par des mises en scène dans des lieux choisis comme symboliques de combats valorisants ou de la mémoire nationale : Domrémy, le plateau des Glières (juste avant le second tour de 2007), la Cascade du Bois de Boulogne où furent fusillés des résistants (le jour de son investiture le 16 mai).

L’histoire, pour Sarkozy, c’est le grand mélange où tout s’entrechoque « comme dans une boîte de nuit où les néons tournent à plein » ; grands noms, grands événements, le tout mélangé sans hiérarchie, sans contexte, sans souci d’explication. Ces enjeux sont politiques : bâtir de l’unanimité, faire comme si les clivages n’existaient plus, comme si l’histoire n’était pas le fruit de tensions, sujettes à interprétations difficiles, incertaines…

L’histoire « bling-bling » est une histoire de consommateurs, pas une histoire de citoyens ; elle brille mais n’éclaire pas. (d’après N. Offenstadt sur Médiapart

 

 

Partager cet article

Commenter cet article