Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

L'histoire au service du néo-nationalisme (Mrap Paris 5-13)

20 Février 2012 , Rédigé par MRAP Paris 5-13 Publié dans #Initiatives locales, #Histoire, #MRAP expressions plurielles

Conférence-Débat avec Nicolas Offenstadt organisée par le Comité local 5/13 du MRAP

Depuis plusieurs années, la droite contemporaine se réarme idéologiquement en faisant un usage abondant de l'histoire. Elle défend et re-construit le concept d"identité nationale" jusqu'à lui donner un ministère. Outil idéologique," l'identité nationale" s'appuie sur un roman historique et sert aussi à justifier les pratiques de stigmatisation. On interrogera ici la place de l'histoire dans ce dispositif.

 

Lieu :Paris 5e

Centre culturel, Cinéma La Clef
34, rue Daubenton / 21, rue de La Clef
Métro Censier-Daubenton

 

Date :


Vendredi 16 mars à 20 h 00

 

Nicolas Offenstadt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

offenstadt.jpgNé en 1963, Nicolas Offenstadt est agrégé et docteur en histoire, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, ancien pensionnaire de la fondation Thiers. Disciple de Claude Gauvard, il est maître de conférences d'histoire du Moyen Âge et d'historiographie à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il travaille sur les pratiques de la guerre et de la paix du Moyen Âge à l'époque contemporaine, en regard des travaux de Cyril Pons sur le divorce et le couple sur la même période. Il est co-directeur de la rédaction avec Nicolas Mariot de la revue Genèses. Sciences sociales et histoire. Il collabore régulièrement au Monde des Livres, à L'Histoire et aux activités du Collectif de recherche international et de débat sur la guerre de 1914-1918 et du CVUH (Comité de vigilance face à aux usage publics de l'histoire).

En collaboration avec Patrick Boucheron, il a mené des recherches sur la notion d'espace public au Moyen Âge en partant des travaux de Jürgen Habermas. Il est considéré comme le fils spirituel de Pierre Renouvin et de Claude Gauvard

Il a en particulier critiqué l'instrumentalisation de l'Histoire par Nicolas Sarkozy à des fins partisanes et patriotiques[1]. Il s'en est aussi pris aux cérémonies officielles[2] visant à faire de Lazare Ponticelli un héros de la nation[3].

Lors du mouvement des enseignants-chercheurs, début 2009, il fut particulièrement impliqué, en participant par exemple à l'occupation de la Sorbonne le jeudi 26 mars[4].

  Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Offensta...

 


Le passé national est sans cesse mis à contribution par la Président de la République. Il fait de l’histoire clinquante, voyante qui a un sens nationaliste, une direction – des Gaulois à Sarkozy – et une volonté : refuser la repentance.
Cette histoire se marque par des mises en scène dans des lieux choisis comme symboliques de combats valorisants ou de la mémoire nationale : Domrémy, le plateau des Glières (juste avant le second tour de 2007), la Cascade du Bois de Boulogne où furent fusillés des résistants (le jour de son investiture le 16 mai).
L’histoire, pour Sarkozy, c’est le grand mélange où tout s’entrechoque « comme dans une boîte de nuit où les néons tournent à plein » ; grands noms, grands événements, le tout mélangé sans hiérarchie, sans contexte, sans souci d’explication. Ces enjeux sont politiques : bâtir de l’unanimité, faire comme si les clivages n’existaient plus, comme si l’histoire n’était pas le fruit de tensions, sujettes à interprétations difficiles, incertaines…
L’histoire « bling-bling » est une histoire de consommateurs, pas une histoire de citoyens ; elle brille mais n’éclaire pas. (d’après N. Offenstadt sur Médiapart)

Partager cet article

Commenter cet article