Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

L’insurrection syrienne et la guerre des cartes (Fabrice Balanche)

24 Octobre 2013 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Syrie, #Proche et Moyen-Orient

Les cartes reflètent-elles la réalité ? Sont-elles une vision objective du monde, de ses divisions, de ses conflits ? Rien n’est moins sûr. Elles reflètent souvent un point de vue subjectif et aussi des partis pris. Elles sont aussi un élément de la guerre de l’information, comme le prouve le conflit syrien.

 

L’idée de ce billet m’est venue fin août dernier lorsque les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont menacé de bombarder la Syrie, à la suite des attaques chimiques du 21 août dans la banlieue de Damas1. Les experts se sont alors succédé dans les médias, cartes à l’appui, pour « expliquer » cette décision. Il fallait « punir » le « régime de Damas », comme l’affirmait le président François Hollande ; mais ensuite ? Plusieurs militaires à la retraite mettaient en avant le fait que des « frappes » ne serviraient à rien si elles ne correspondaient pas à des objectifs stratégiques à plus long terme. S’il s’agissait de viser directement Bachar Al-Assad, considéré comme responsable des attaques chimiques, on pouvait se contenter de bombarder le palais présidentiel et des sites de commandement, comme ce fut le cas en Libye lors de l’opération « El Dorado Canyon » en mars 1986, pendant laquelle Mouammar Kadhafi et sa famille furent directement visés. Une autre option consistait à bombarder massivement les défenses de l’armée syrienne, en particulier les aéroports militaires, pour la priver de la maîtrise du ciel et donner ainsi un avantage significatif à l’insurrection.

Lire la suite sur Orient XXI


Partager cet article

Commenter cet article