Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

La « blanche fureur » de Pierre Péan (LMSI)

3 Janvier 2014 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Afrique, #Rwanda, #Génocides

Pour commenter à notre manière la promotion de Pierre Péan dans l'ordre de la Légion d'honneur, nous signalons cette étude publiée par LMSI en 2006.

Précisions concernant la plainte du MRAP contre Pierre Péan.

 


 

http://lmsi.net/IMG/lmsi-logo.pngÀ propos du livre de Pierre Péan : Noirs fureurs, blancs menteurs

par Colette Braeckman, Jean Chatain, Jean-Pierre Chrétien, Patrick de Saint-Exupéry
17 novembre 2006

Le titre du livre consacré par Pierre Péan au génocide rwandais est à lui seul tout un programme : « Noirs fureurs blancs menteurs ». En quatre mots, ce sont des siècles de vulgate raciste qui sont convoqués au service des thèses révisionnistes de son auteur : un génocide ne saurait être, lorsqu’il se produit en Afrique noire, le résultat de processus sociaux, idéologiques et politiques commandés par un État tout-puissant, armé et soutenu notamment par la France. Il s’explique plutôt par la congénitale « fureur » des « Noirs » ; et à cette « noire fureur » s’opposent des Blancs doués de raison et de parole, fût-ce pour mentir. Car des Blancs qui parlent du génocide rwandais, et de la complicité de l’État français dans ce génocide, ne sauraient être que des « menteurs » ! Dans les textes qui suivent, repris sur le site de l’association Survie [1], Patrick de Saint Exupéry, Jean Chatain, Colette Braeckman et Jean-Pierre Chrétien rappellent que les « menteurs » ne sont pas ceux qu’on croit, et que le livre de Pierre Péan est tout simplement odieux.

« Une vieillesse française » (Par Patrick de Saint-Exupéry) [2]

Il est des critiques de livres que l’on se réjouit de faire. Il en est d’autres que l’on préfèrerait ne pas avoir à faire. Tel est précisément le cas. C’est que de Noires fureurs, blancs menteurs, le livre en questions, il n’est guère à tirer, excepté l’outrance et le fumet nauséeux. Saisi d’effroi au bout de quelques pages, le lecteur initié aura bien du mal à aller jusqu’au terme de sa lecture. Quant au novice, il finira rapidement épuisé, tant Pierre Péan, l’auteur, semble avoir une pensée à l’image de sa plume : confuse et hachée.

En quelques mots, que veut démontrer Péan ? Deux points basés sur un postulat. Le postulat ? L’histoire récente du Rwanda est truquée. Sur cette seule base, ressortant de l’acte de foi, le voici lancé à la poursuite de ses deux obsessions :

1/ les victimes du génocide ne sont pas les victimes, mais les coupables ;

2/ François Mitterrand, alors responsable de la politique française, était un humaniste méconnu.

Le problème, c’est que tout au long de cette soi-disant « enquête » (tel est l’intitulé du livre retenu par l’éditeur), l’auteur franchit allégrement, et avec une inconscience sidérante, toutes les lignes rouges. Sur un fond haineux, il n’hésite à aucun moment à tordre le cou aux faits, à mélanger la plus pure affabulation à quelques éléments factuels déjà connus, ou à broder d’imaginaires interprétations. Il ne s’agit visiblement pas pour Péan d’enquêter mais de démontrer. A tout prix. Au prix même du risque de la propagande.

Deux remarques à l’appui. Pierre Péan ne s’est pas rendu au Rwanda, ce qui est gênant quand l’on prétend démontrer une « immense manipulation ». De même, tout à sa volonté de stigmatiser une prétendue « cinquième colonne » - dont l’auteur de ces lignes - il n’a pas pris la peine de décrocher son téléphone avant de mettre en cause ses « cibles ».

Lire la suite de l'article sur le site LMSI

Partager cet article

Commenter cet article

Alain 03/01/2014 19:37

Le livre de Pierre Péan est certes imprégné de racisme et de mauvaise foi. Cependant, il est avant tout une attaque contre Paul Kagame et ses crimes, spécialement aujourd'hui où on apprend une fois
de plus l'assassinat d'un de ses opposants à l'étranger. La shoah n'excuse pas les crimes du Mossad. http://www.rfi.fr/afrique/20140103-rwanda-afrique-du-sud-assassinat-karegeya-nombreux-precedents