Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

La censure comme politique (Ivar Ekeland)

21 Juillet 2014 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Palestine Solidarité en France

http://www.aurdip.fr/images/habillage/logo2.gif

Par Ivar Ekeland | AURDIP | 20 juillet 2014 |

Répondant à l’appel du Premier ministre et du ministre de l’intérieur, le préfet de police de Paris a interdit la manifestation prévue le samedi 19 Juillet à 15h en faveur des victimes de l’offensive israélienne à Gaza. Par deux fois, du Niger, où son arrivée a été précédée par l’arrestation de citoyens trop curieux, qui avaient osé demander que l’on publie le contrat négocié avec AREVA pour l’exploitation des mines d’uranium, puis du Tchad, où il installait un nouveau dispositif pérennisant la présence militaire française dans le Sahel, le président de la République a justifié cette interdiction et menacé les contrevenants des lourdes peines prévues par la loi. À soixante ans d’intervalle, le gouvernement socialiste renoue avec la tradition de la SFIO, et François Hollande retrouve la politique de Guy Mollet : ne pas traiter les problèmes au fond, mais réprimer leur expression par tous les moyens, y compris la censure, en espérant qu’ils finiront par s’en aller. L’interdiction rend la réflexion inutile, et le geste du menton tient lieu de politique.

Voici des années que nos gouvernements censurent le débat sur la Palestine. Soyons justes : le gouvernement socialiste n’est pas le premier. Du temps de Nicolas Sarkozy, déjà il était impossible de débattre de la Palestine dans les universités. Entre tant d’exemples, rappelons-nous le jour où Stéphane Hessel, grand résistant, rescapé des camps de la mort, ambassadeur de France, s’est vu refuser l’autorisation de se rendre à l’invitation des élèves pour faire une conférence à l’Ecole normale supérieure. Le motif invoqué, déjà, était le “trouble à l’ordre public” que ne manquerait pas d’apporter à l’Ecole la présence d’un glorieux ancien élève, âgé de quatre-vingt-quatorze ans ! C’est du temps de Nicolas Sarkozy également que date la tristement fameuse circulaire Alliot-Marie de 2010, qui enjoint aux procureurs, au prix d’acrobaties juridiques relevées depuis par les tribunaux, de poursuivre systématiquement les appels au boycott de produits israéliens. La France se distingue ainsi tant de son histoire récente (jamais on n’a criminalisé les appels au boycott de l’Afrique du Sud) que des autres pays du monde, bien plus attachés que nous à la liberté d’expression. Malheureusement, cette rupture par rapport aux normes nationales et internationales a été poursuivie et amplifiée par le gouvernement socialiste, à commencer par la circulaire Alliot-Marie, que la nouvelle garde des Sceaux, Christiane Taubira, s’est bien gardée d’abroger, en dépit de démarches répétées et persistantes de nombreuses associations.

Lire la suite sur le site de l'AURDIP

Partager cet article

Commenter cet article