Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

La chronique du tocard. Don Quignoule (Nadir Dendoune)

15 Juillet 2014 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Palestine Solidarité en France

Franchement, la carte de presse, un jour, Wallah, elle va finir dans les chiottes de mon appart. Un petit coup sur la chasse d’eau et hop va niquer ta mère. Je ferai un autre job. Je  ferai mannequin. Ou, gigognoule : marre de faire ça gratos !

http://www.lecourrierdelatlas.com/images/z_commun/photos_artices/big/Nadir-Portrait43.jpgBref, un jour, je vais finir par craquer. C-R-A-Q-U-E-R. Pour l’instant, je continue. Bon gré, mal grégnoule. Et puis, ça permet de vivre. Moins qu’avant, c’est sûr, pas comme quand je bossais pour le Gros Rouleau Compresseur : les Grands médias. Enfin, grand….Et puis, au moins au Courrier de l’Atlas, à Gnoule Info, j’ai pas l’impression de baisser le sarouel, de servir la soupe à tonton. Parfois, j’ai l’impression d’être un Don Quignoule. De me taper contre des grosses manivelles qui tournent toutes dans le même sens. Et c’est épuisant. Un sentiment profond de servir à pas grand chose. Alors, cette semaine, j’avais le moral dans les chaussettes, heureusement que j’ai toujours le physique avec moi. La météo morose n’arrangeait rien à mon état d’esprit en berne.

Dimanche dernier était prévu une manif en solidarité avec le peuple de Gaza qui vit un véritable cauchemar. Le départ était à Barbès, QG des Gnoules. Quelques jours auparavant, d’autres rassemblements avaient fait choux-blanc, alors on se faisait pas trop d’illusions pour cette manif’ là. En arrivant sur place aux alentours de 15h, le boulevard Magenta était blindé ! Du jamais vu. J’en avais les larmes aux yeux. J’étais fier d’eux, de nous. Une superbe  manifestation qui avait toutes les chances de réussir, où des jeunes, des vieux, des nanas, des couples, des enfants, des Gnoules et des Marcel Pagnoules étaient réunis. Ils étaient là, comme un seul homme, déterminés à crier leur soutien aux gens de Palestine. En voyant tout ce monde, cette belle foule bigarrée, tu reprenais espoir. Tu te disais : tout n’est pas fichu et Dieu pour tous.

Lire la suite sur Le Courrier de l'Atlas

Franchement, la carte de presse, un jour, Wallah, elle va finir dans les chiottes de mon appart. Un petit coup sur la chasse d’eau et hop va niquer ta mère. Je ferai un autre job. Je  ferai mannequin. Ou, gigognoule : marre de faire ça gratos !

Bref, un jour, je vais finir par craquer. C-R-A-Q-U-E-R. Pour l’instant, je continue. Bon gré, mal grégnoule. Et puis, ça permet de vivre. Moins qu’avant, c’est sûr, pas comme quand je bossais pour le Gros Rouleau Compresseur : les Grands médias. Enfin, grand….Et puis, au moins au Courrier de l’Atlas, à Gnoule Info, j’ai pas l’impression de baisser le sarouel, de servir la soupe à tonton. Parfois, j’ai l’impression d’être un Don Quignoule. De me taper contre des grosses manivelles qui tournent toutes dans le même sens. Et c’est épuisant. Un sentiment profond de servir à pas grand chose. Alors, cette semaine, j’avais le moral dans les chaussettes, heureusement que j’ai toujours le physique avec moi. La météo morose n’arrangeait rien à mon état d’esprit en berne.

Dimanche dernier était prévu une manif en solidarité avec le peuple de Gaza qui vit un véritable cauchemar. Le départ était à Barbès, QG des Gnoules. Quelques jours auparavant, d’autres rassemblements avaient fait choux-blanc, alors on se faisait pas trop d’illusions pour cette manif’ là. En arrivant sur place aux alentours de 15h, le boulevard Magenta était blindé ! Du jamais vu. J’en avais les larmes aux yeux. J’étais fier d’eux, de nous. Une superbe  manifestation qui avait toutes les chances de réussir, où des jeunes, des vieux, des nanas, des couples, des enfants, des Gnoules et des Marcel Pagnoules étaient réunis. Ils étaient là, comme un seul homme, déterminés à crier leur soutien aux gens de Palestine. En voyant tout ce monde, cette belle foule bigarrée, tu reprenais espoir. Tu te disais : tout n’est pas fichu et Dieu pour tous.

- See more at: http://www.lecourrierdelatlas.com/750615072014Don-Quignoule.html#sthash.4BoXIcry.dpuf

Partager cet article

Commenter cet article