Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

La curieuse opposition libyenne (François Bonnet sur Mediapart)

1 Juillet 2011 , Rédigé par Revue de presse Publié dans #Libye, #Maghreb

(..)

International Crisis Group a mené une longue enquête sur ce conseil, dont une partie des 33 membres demeurent d'ailleurs encore inconnus (pour des raisons de sécurité, officiellement). On y trouve, outre des démocrates liés à des mouvements d'opposition en exil ou à des associations internationales de défense des droits de l'homme, quelques hauts dignitaires du régime Kadhafi ayant fait défection à partir de février.

http://static.mediapart.fr/files/imagecache/370_pixels/media_24/former-libyan-just-minister-mustafa-abdel-jalil.jpgAinsi du président du conseil national de transition, Mustapha Abdul Jalil. Proche du fils Kadhafi, Saif al-Islam, il est surtout connu pour avoir été le juge qui a confirmé, à deux reprises, la condamnation à la peine de mort des infirmières bulgares. Nommé ministre de la justice en 2007, il a fait défection le 21 février. Mahmoud Jibril, aujourd'hui en charge de l'équivalent du gouvernement provisoire du Conseil, était lui aussi un proche du fils Kadhafi promu en 2007 mais considéré, il est vrai, comme un « réformiste ».

Pas franchement « réformiste », on retrouve également dans ce conseil Abdul Fatah Younis al-Obeidi, vieux compagnon de Kadhafi et créateur de ses forces spéciales ainsi qu'ancien ministre de l'intérieur. C'est lui qui a pris le commandement des forces rebelles. Que faut-il penser de ce conseil de transition? International Crisis Group note son caractère transitoire et la présence de « technocrates » qui, « sur le tard, pour beaucoup d'entre eux, se sont fait les avocats de réformes ».

Pour le CF2R, beaucoup plus critique, «le CNT est une coalition disparate aux intérêts divergents. Les véritables démocrates n'y sont qu'une minorité, quasiment otages des tenants d'un retour à la monarchie ou de l'instauration d'un islam radical et de nouveaux convertis de l'ancien régime (...) Le CNT n'offre en conséquence aucune garantie. La Libye est le seul pays du “printemps arabe” dans lequel la guerre civile est installée – avec un risque réel de partition – et où le risque islamiste s'accroît».

 

 

Article complet Lybie : les leçons d'une guerre imbécile

 

Est-il besoin de préciser que ces réserves sur l'opposition libyenne et l'opération de l'OTAN ne valent pas défense du régime de Kadhafi. Cela va sans dire et va encore mieux en le disant ?

 


Partager cet article

Commenter cet article