Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

La Palestine à l'ONU ? Lettre ouverte de militants de Paris 13e à leurs députés.

31 Octobre 2011 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Palestine Nations Unies, #Initiatives locales

 

La Palestine à l’O.N.U. ?

 

LETTRE OUVERTE

 

à Monsieur Jean-Marie Le Guen

et Monsieur Serge Blisko

Députés du 13earrondissement

 

 

Palestine ONU2De nombreux habitants du 13earrondissement, dont vous êtes les députés, ont été choqués de vous voir participer à la réunion du 20 septembre au Théâtre du Gymnase, organisée par l’Union des Patrons et professionnels juifs de France pour protester contre la demande palestinienne d’adhésion à l’O.N.U. (www.youtube.com/watch?v=M3YmgD15Rg)

 

Vous, députés français, avez chanté l’hymne israélien avec des députés de droite, dont Eric Raoult qui, précédemment, avait affirmé : « Pour moi, Israël, c’est plus important que les retraites ». Vous avez signé avec 110 parlementaires, en large majorité de droite -Monsieur Le Guen en 11eposition, Monsieur Blisko en 16eposition- une pétition demandant au Président de la République de s’opposer à l’admission à l’ONU d’un Etat palestinien.

 

Monsieur Le Guen craint que la démarche de Mahmoud Abbas ne crée « une situation conflictuelle ». Cette crainte prétendue n’est-elle pas grotesque quand, depuis des années, les gouvernements israéliens multiplient les actes de violence pour briser la résistance palestinienne, particulièrement la résistance non violente. Assassinats d’opposants, arrestations de députés, détentions arbitraires de prisonniers politiques, étranglement de la bande Gaza et bombardement de sa population captive, destructions de maisons et de plantations en Cisjordanie occupée… qu’est-ce que tout cela, sinon « une situation conflictuelle » ?

 

Selon vous, la France devrait s’opposer à la proposition de Mahmoud Abbas parce qu’elle vise « à imposer de manière unilatérale la reconnaissance d’un Etat palestinien ». Etrange manière de présenter comme « unilatérale » une démarche s’adressant au Conseil de Sécurité de l’ONU, instance multilatérale par excellence. Quand les autorités israéliennes, en dépit de la condamnation par la Cour Internationale de Justice, poursuivent sur près de 800 kilomètres la construction d’un mur, dit « de sécurité », qui empiète sur les territoires concédés à l’administration palestinienne, mur qui sépare et enserre les bantoustans palestiniens, ne s’agit-il pas d’un acte unilatéral ? Quand, en autorisant sans cesse de nouvelles implantation juives, elles annexent peu à peu les quartiers de Jérusalem Est reconnus par les résolutions de l’ONU comme capitale du futur Etat de Palestine, ne s’agit-il pas d’une politique unilatérale du fait accompli ?

 

Vous jugez la démarche de Mahmoud Abbas dangereuse « parce qu’elle enterrera définitivement les espoirs des partisans palestiniens et israéliens de la paix, qui n’ont cessé d’œuvrer en faveur d’une solution négociée depuis l’inauguration du processus de paix à Madrid en 1991 ; elle les marginalisera au profit des extrémistes qui refusent toute concession et n’hésitent pas à recourir à la violence ». Curieuse réécriture de l’Histoire ! Depuis trente ans, Israël affiche, dans de multiples « conférences de la paix », sa prétendue « bonne volonté », mais il diffère sans cesse le traitement des dossiers centraux : tracé des frontières sur la base des lignes de partage d’avant 1967, soit 22 % de la Palestine historique, accès à l’eau, modalités de réalisation du droit au retour des expulsés… De rencontre en rencontre, l’échéance promise a toujours été repoussée, cependant qu’Israël mettait à profit le temps gagné pour étendre son emprise sur les territoires occupés en 1967. Les colonies sont toujours plus nombreuses et plus peuplées : 110 000 colons en Cisjordanie en 1993, 310 000 en 2010 ; et plus de 200 000 à Jérusalem-Est. Les ressources en eau sont de plus en plus accaparées au profit de l’agriculture et de l’industrie israéliennes, principalement dans la vallée du Jourdain, alors que des restrictions drastiques sont imposées aux paysans palestiniens.

 

Israël veut garder tout ce dont il s’est emparé, en particulier toutes les grandes colonies, ne proposant en échange que quelques kilomètres carrés, quasiment désertiques, dans le Néguev. Dans ces conditions, sommer les Palestiniens de retourner à la table des négociations, sans préalable, pas même le gel des colonies, feindre de considérer que l’occupé et l’occupant négocient d’égal à égal, c’est en réalité apporter son soutien à l’agression.

 

En signant cette pétition contre l’admission de la Palestine à l’ONU, admission jugée nécessaire et juste par une majorité de Français, vous vous opposez à la réalisation des droits du Peuple palestinien. Croyez que nous ferons largement connaître à nos concitoyens la position que vous avez prise.

 

Association France Palestine Solidarité Paris-Sud

Collectif Interuniversitaire pour la Coopération avec les Universités Palestiniennes - CICUP

Mouvement de la Paix Comité de Paris 12-13-14

Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples - M.R.A.P. 5e/13e

Nouveau Parti Anticapitaliste - N.P.A. 5e/13e

Parti Communiste Français - PCF 13e

Parti de Gauche - PG 13e

Mouvement Politique d’Education Populaire - M’PEP 13e

Réseau International Juif Anti-sioniste - IJAN 13e

Les Alternatifs 13e

 

 

Contact : Collectif Palestine 13es/c AFPS Paris-Sud - Maison des Associations - 13 rue Caillaux 75013 Paris

Adresse mail : Palestine.Collectif@gmail.com

Partager cet article

Commenter cet article