Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

La Rochelle : Palestine Résistance au quotidien

8 Juillet 2011 , Rédigé par MRAP La Rochelle Publié dans #Palestine Solidarité en France

Elles sont arrivées en France, à l’invitation de Femmes Solidaires.

Mona et Katia Owda, mère et fille, toutes deux militantes de la cause palestinienne. Pour elles, il n’est pas nécessaire de rentrer dans un débat politique sur le conflit israélo-palestinien : parler de leur quotidien suffit.

Mardi soir, à la maison des associations de Bongraine, le collectif France-Palestine Solidarité La Rochelle organisait leur venue. Devant une cinquantaine de personnes, après la diffusion d’un film documentaire où ces deux femmes sont actrices, Mona a raconté que depuis 2003 le « mur de séparation  construit par l’état d’Israël à la frontière Cisjordanienne empiète chaque jour d’avantage sur nos terres. Les deux tiers de mon exploitation agricole sont passés en territoire israélien. »

Des-olives-et-des-Mu-Photo.jpg

 

Mona et Katia et leur interprète

 

 

Ce mur déclaré illégal par la cour internationale de justice et par l’ONU, s’étend sur plus de 700 km coupant parfois des villages, voire des maisons en deux. La conséquence est dramatique pour certains hommes qui ont perdu leur emploi.

Les femmes doivent souvent subvenir seule aux besoins de la famille (hommes en prison ou morts) et pour être plus fortes, elles se sont rassemblées en association. L’association a pour but d’enseigner certains travaux, d’apporter de la main-d’œuvre et d’exploiter les jardins pour être autonome.

Elle coordonne aussi des actions de résistance comme les manifestations pour donner de la force à la protestation palestinienne.

Pour Katia, son engagement est une évidence. « J’ai vu la souffrance de ma famille ; j’ai subi les menaces, les brimades et l’humiliation par les occupants israéliens ». Elle nous parle de sa famille séparée par le mur, « mon mari travaille de l’autre côté du mur, en Israël et il ne peut rentrer qu’une fois par mois. Il met une journée au mieux pour franchir les check point pour rentrer en subissant les humiliations de la fouille, de l’attente sans raisons etc. »

 

         Leur venue en France a pour but de sensibiliser et de mobiliser les citoyens « nous demandons à la France d’agir concrètement et de faire pression sur Israël pour le respect des droits de notre peuple et d’arrêter sa complaisance à l’égard de l’état hébreux ».

 

 AT

Partager cet article

Commenter cet article