Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

« Les banlieues perçoivent l'indifférence de la gauche au pouvoir » (Silvia Zappi)

6 Septembre 2014 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Quartiers populaires

monde2.jpgLes associations de banlieue font leur rentrée. Quelque 150 organisations de quartier, collectifs contre les discriminations, associations culturelles, épaulés par des centres sociaux, des sociologues et des urbanistes, se réunissent samedi 6 et dimanche 7 septembre à Nantes pour se constituer en fédération nationale, sorte de syndicat des banlieues. Leur constat est qu'une crise majeure secoue silencieusement les quartiers. Ces structures expriment une désillusion politique profonde deux ans après l'élection présidentielle. Leur probable porte-parole, Mohamed Mechmache, président de l’association AC Le Feu de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), coauteur, avec la sociologue Marie-Hélène Bacqué, d’un rapport sur la participation des habitants, revient sur le fossé qui s'est creusé entre leurs attentes et la politique du gouvernement.

LeMonde.fr : François Hollande a été élu il y a un peu plus de deux ans. Manuel Valls a déclaré à La Rochelle qu’il fallait « à nouveau parler aux quartiers populaires ». Comment réagissez-vous ?

Mohamed Mechmache : Ses déclarations ne sont pas cohérentes avec ses actes : comment parler des banlieues, des discriminations, quand on a botté en touche sur le droit de vote des étrangers ? Comment s’adresser aux habitants des quartiers populaires quand, au lieu d’expérimenter les récépissés pour lutter contre le contrôle au faciès, on installe des caméras sur l’uniforme des policiers ? il faut se rappeler que c’était une proposition de Hortefeux ! Depuis deux ans, on a eu beaucoup de discours, des invitations à l’Elysée, pour nous faire croire que les banlieues existent et qu’on a une petite pensée pour nous. Les premiers mois, on y a cru, notamment quand le ministre de la ville [François Lamy] nous a confié une mission sur la politique en direction des quartiers, mais rien n’a concrètement été mis en œuvre. On en est à notre troisième ministre sans qu’on ait l’impression que la situation de crise dans les banlieues ne s’atténue…

On vous sent amer. Il y a eu pourtant un fort engouement pour la campagne de 2012 dans les banlieues.

Lire la suite sur Le Monde.fr

Partager cet article

Commenter cet article