Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Les extrêmes droites à Lyon (Fragments sur les temps présents)

9 Avril 2013 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Extrême-droite

http://tempspresents.files.wordpress.com/2012/05/cropped-banniere-ftp.jpg

 

Propos de Stéphane François recueillis par Jean-Baptiste Mouttet

Peut-on dire que l’extrême droite lyonnaise est un laboratoire? En quoi? Quelle est la particularité de Lyon?

Stéphane François : Effectivement, nous pouvons le dire, car l’extrême droite y est bien implantée depuis longtemps (n’oublions pas que Lyon fut un haut lieu de la Collaboration). Nous y trouvons différentes tendances de cette famille politique, des catholiques traditionalistes issus de « Petites Églises » jusqu’aux néonazis, en passant par la Nouvelle droite, les nostalgiques de Vichy, les négationnistes et les différents courants identitaires. Cette forte implantation a permis à ces différents groupes d’expérimenter de nouvelles pratiques, comme la volonté de créer un squat d’extrême droite sur le modèle de la Casa Pound italienne, voire de s’implanter à l’université (à Lyon III avec Bruno Gollnisch, Pierre Vial, Jean Haudry, Jean-Paul Allard, Bernard Notin et quelques autres, et à Lyon II avec Robert Faurrisson). Toutefois, de l’aveu même de certains militants d’extrême droite, la périphérie lyonnaise, et notamment les Monts du Lyonnais, sont un bien meilleur réservoir de militants que Lyon même. Ce propos reste à relativiser : les jeunes de cette périphérie font leurs études à Lyon…

Ces mouvements sont composés de jeunes gens qui gravitent dans les milieux de l’extrême droite musclée. Ils recrutent principalement chez des jeunes précarisés, venant de milieux ouvrier ou d’employés, qui sont déçus de la politique de « dédiabolisation », toute relative d’ailleurs, de ce parti, comme certains hooligans, voire des skinheads, et qui recherchent un engagement radical.

Enfin, si on peut parler d’une extrême droite, il ne faut pas oublier qu’il existe au sein de celle-ci des nuances, qui s’incarnent en différents courants. Ces distinctions ne doivent pas être prises sur un mode mineur : elles structurent les rapports et les affinités entre les différents groupes. Ainsi, il existe de grandes différences entre les Identitaires, le Renouveau français, le GUD, les Jeunesses Nationalistes, Terre et peuple et les néonazis/skinheads. En outre, il existe parfois des distinctions fortes au sein d’une même tendance. Ainsi, au sein même de la mouvance identitaire, il y a des visions antinomiques entre le Bloc Identitaire et Terre et peuple.

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article