Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Les mécanismes du pouvoir iranien (Commission Moyen-Orient du MRAP)

7 Février 2011 , Rédigé par Militants du MRAP Publié dans #Iran, #Proche et Moyen-Orient, #MRAP expressions plurielles

 

Ce texte a été rédigé avant la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinejad en 2010. Son intérêt réside dans la description du système politique iranien et l'entrelacs des organismes élus et de contrôle pour limiter l'expression du suffrage universel. Le schéma a été ajouté par le webmestre.

 

Quelques notes sur l’élection présidentielle en Iran

 

Ce vendredi 12 juin aura lieu la dixième élection présidentielle depuis l’instauration de la République Islamique d’Iran en 1979 et à laquelle sont conviés 46 millions d’électeurs et électrices.

Alors que l’architecture constitutionnelle est complexe, organisant une certaine dépendance des centres de pouvoirs, les uns par rapport autres pour éviter tout risque de concentration ou de monopolisation, replacer l’institution présidentielle dans ce contexte est nécessaire.


Le Guide de la Révolution est le chef de l’Etat

Actuellement il s’agit de l’ayatollah Ali Khamenei depuis la mort de Khomeiny en 1989.

-Il est désigné par l’Assemblée des experts pour une durée indéterminée. Cette assemblée peut également le destituer.

Le Président de la République

Actuellement Mahmoud Ahmadinejad.
- C’est le deuxième personnage de l’Etat après le Guide.

  • Son mandat est de 4 ans , renouvelable une fois.

  • Sa candidature est soumise à l’acceptation par le Conseil des Gardiens de la Constitution (les Gardiens de la Révolution sont eux une organisation militaire dépendant directement du Guide de la Révolution)

  • Il préside le Conseil des ministres

  • Il ne dispose pas du droit de dissolution du Majlis (Parlement) mais peut faire l’objet de la part de ce dernier d’un vote de défiance qui doit être ratifié par le Guide.

 

Le Conseil des Gardiens de la Constitution

  • Il est constitué de 12 membres : 6 religieux nommés par le Guide et 6 juristes élus par le Parlement sur proposition du pouvoir judiciaire qui dépend du Guide

  • Il veille à la compatibilité des lois avec la Constitution et avec l’islam

  • Il valide les candidatures à l’élection présidentielle.

Le Conseil de discernement de l’intérêt supérieur du régime

En son sein siègent les 6 membres religieux du Conseil des Gardiens de la Constitution, les chefs des pouvoirs législatif, exécutif (Président de la République) et judiciaire ainsi que dizaine d’autres personnalités.

Il peut s’octroyer des pouvoirs législatifs en cas de circonstances exceptionnelles ( il avait d’ailleurs été mis en place lors de la guerre avec l’Irak)

Cette institution est plus « proche » du Guide de la Révolution que du président de la République ou de la majorité parlementaire.

L’Assemblée des experts

Composée de 80 membres1élus pour 8 ans au suffrage universel direct, cette assemblée élit ou peut révoquer le Guide de la Révolution.

Le Majlis (Parlement)

Composé de 290 député(e)s élu(e)s pour 4 ans au suffrage universel direct. (Dans l’ancien parlement, les femmes représentaient 4, 1%, elles ne représentent plus que 2,8% dans la nouvelle assemblée élue en 2008. Cette sous-représentation dramatique des femmes au Parlement, loin des 26% du parlement irakien montre bien la nature du régime mais aussi ses contradictions lorsque l’on sait que d’autre part, à l’Université les femmes sont majoritaires à poursuivre des études supérieures).

5 sièges sont réservés aux minorités religieuses reconnues par le régime (zoroastriens, juifs, chrétiens)

  • Il vote les lois.
    – Il peut renverser l’exécutif (si les 2/3 des députés refusent la confiance au président de la République, ce dernier peut être destitué après décision du Guide de la Révolution).

Schema_gvt_iran.png

 

Les candidats à la présidentielle :

Mahmoud Ahmadinejad

Candidat à sa propre succession. Ultra conservateur. Très hostile à Israël : il tire profit de la situation intolérable faite aux Palestiniens. Il semble avoir les faveurs du Guide Suprême de la Révolution Ali Khamenei. Malgré une situation économique difficile, il conserve les faveurs des classes les plus populaires.

Ses concurrents lui reprochent d’avoir isolé l’Iran sur la scène internationale et d’être responsable des sanctions qui frappent l’Iran et qui nuisent à son développement économique.

Mir Hossein Mousavi (ou Moussavi)

Ancien premier ministre durant la guerre contre l’Irak, il avait quelque peu disparu de la scène politique ces 20 dernières années.

Il est soutenu par l’ancien président réformateur Khatami.

Considéré comme un modéré, il a le soutien de la jeunesse des villes qui aspire à plus de libertés individuelles.
Partisan d’une détente au niveau international.

 

Mehdi Karoubi

Ancien can didat à l’élection présidentielle de 2005, il avait été éliminé à l’issue du premier tout. Ex-président du Parlement, c’est un religieux réformateur . Comme Hossein Mousavi, il a déclaré que la situation des femmes allait être une de ses priorités.

 

Mohsen Rezai

Ancien commandant des Gardiens de la Révolution, c’est un conservateur

Elément à prendre en compte: Outre le score réalisé par chacun des candidats, le taux d’abstention sera un indicateur sérieux d’adhésion ou de rejet du régime

Questions à résoudre :

Economie en crise, 25% d’inflation

Contestation du régime par la jeunesse (pour ces élections le régime ne semble pas intervenir, laissant se dérouler meetings et manifestations)

Troubles dans la province du Sistan Balouchistan à la frontière du Pakistan entre chiites et sunnites que certains attribuent à des puissances étrangères

Programme nucléaire

Suites à donner à l’ « ouverture » d’Obama

1religieux

Partager cet article

Commenter cet article