Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Les musulmans de France victimes d’un apartheid qui ne dit pas son nom (Noël Mamère)

2 Octobre 2014 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Islamophobie

http://blogs.rue89.nouvelobs.com/sites/blogs/files/styles/blog_logo/public/blog/image/noel_mamere_1.jpgLa décapitation d’Hervé Gourdel, acte barbare d’un groupe fasciste se revendiquant de Daesh, suscite une émotion considérable et légitime dans le pays. Ce crime ignominieux envers un homme pacifique et cosmopolite ne doit pas être instrumentalisé pour enfermer un peu plus encore une partie de la population française dans un ghetto invisible.

 

Certains veulent y voir un moyen de réveiller l’islamophobie qui couve depuis des années.

Dès le lendemain de cet assassinat, le site internet du Figaro posait cette question dans un sondage qui ne laisse pas de doute quant à son instrumentalisation politique :

 

« Assassinat d’Hervé Gourdel : estimez-vous suffisante la condamnation des musulmans de France ? »

La responsabilité collective n’existe pas

Dans un pays, où les médias sont coutumiers des amalgames entre musulmans et terroristes, les réseaux sociaux ont immédiatement réagi et 45 minutes plus tard, la direction du Figaro.fr décidait de retirer ce sondage, d’après elle « mal interprété ». Ce simple fait en dit long sur le climat de suspicion, de méfiance, de peur, que certains s’ingénient à entretenir autour de la communauté musulmane qui, pourtant, n’a rien à voir avec les fascistes qui se cachent derrière les « soldats du djihad ».

Les musulmans n’ont en aucune manière à se justifier des crimes commis par les forces djihadistes. La responsabilité collective n’existe pas. Les musulmans ne sont pas plus responsables des actes barbares de Daesh que les chrétiens de l’inquisition ou les juifs de la politique d’Israël envers les palestiniens.

Les victimes de l’Etat islamique sont à 95% des musulmans chiites, sunnites ou kurdes. Ce sont les musulmans qui paient le plus lourd tribut à cette guerre commencée avec l’intervention américaine de 2003 en Irak.

Des ennemis intérieurs potentiels

Lire la suite sur Rue89 Le Nouvel'Obs



 

Partager cet article

Commenter cet article