Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Les vieux travailleurs immigrés encore victimes des politiques d'austérité (Abdellali HAJJAT)

22 Novembre 2011 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Étrangers et immigrés

Sur le blog de Laurent Mucchielli.

mucchielli

L'obsession d'austérité du gouvernement, plus préoccupé de faire plaisir aux agences de notation que d'assurer le bien-être matériel de la population, commence à faire ses premières victimes: l'ensemble de la population avec les hausses de TVA, les plus modestes avec des coupes dans les budgets sociaux et, encore une fois, les vieux travailleurs immigrés. Ceux-ci font l'objet depuis une dizaine d'années d'un véritable harcèlement administratif de la part des Caisses d'allocations familiales (CAF) et des Caisses d'assurance Retraite et de la santé au travail (CARSAT). Sous couvert de lutte contre la "fraude", ces organismes tendent insidieusement à supprimer les aides au logement (APL) et le "minimum vieillesse" (ASPA, Allocation de solidarité aux personnes âgées) des vieux travailleurs immigrés vivant entre la France et leur pays d'origine. Avec beaucoup de courage, une récente campagne de mobilisation associative tente de sensibiliser l'opinion publique sur la cause des "chibanis" (voir ici). Le minimum vieillesse bénéficient à 70 914 allocataires et coûte 572 millions d'euros. 35,5 % des allocataires sont étrangers et 32% sont des ressortissants d'un pays étranger à l'Union européenne. Ces derniers sont la cible du député UMP du Rhône Philippe Meunier, membre du groupe "Droite populaire" et co-organisateur du fameux "apéro saucisson-pinard" à l'Assemblée nationale (12 juillet 2011), qui souhaite établir la préférence nationale dans l'attribution du minimum vieillesse (voir ici). Mais comme l'introduction d'une condition de nationalité n'est pas possible (elle toucherait aussi les "bons" étrangers européens), une nouvelle restriction est introduite: détenir un titre de séjour depuis 10 ans. Voilà comment on "économise" 100 millions d'euros sur le dos des chibanis, bien utiles du temps des "Trente Glorieuses", inutiles du temps de Sarkozy, et comment est mise en oeuvre une "expulsion indirecte" car, sans ces maigres revenus complémentaires, ces chibanis n'ont d'autre choix que de partir.

Partager cet article

Commenter cet article