Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Lettre à la France des Jeanson, de Cuéanat et d’innombrables autres Français…. (Mohamed Bouhamidi)

27 Octobre 2012 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Colonisation, #Algérie (1830-1962)

Nous n’avons guère oublié les Zaatcha, les Righas, les Beni Menacer…


La répétition mécanique d’une demande d’excuses de la «France», puis cette étonnante demande de «repentir» laissent perplexe plus d’un algérien. 

 

Des remarques hautement pertinentes ont déjà souligné l’incohérence d’une telle démarche avec les faits de la guerre de libération et avec la logique des solidarités internationales, notamment françaises. Résumons autant que possible ces remarques.

La plupart des combattants considèrent que nous avons terminé victorieux une résistance ininterrompue de cent trente années, malgré une répression de masse et des massacres, dont la tentative de quasi- génocide du 8 mai 1945, délibérés de la part des militaires et poétisés par les Victor Hugo ou théorisés par les De Tocqueville. Et si l’insurgée de la commune, Louise Michel, bannie par Cavaignac, le général génocidaire qui a mené les plus grands massacres de la conquête de notre pays, devient la compagne de l’insurgé El-Mokrani, c’est bien le signe que les luttes du peuple algérien et les luttes du prolétariat et des progressistes français allaient tout le temps se recouper jusqu’aux sacrifices du métro Charonne, en passant par le réseau Jeanson. Bref, nous sommes sortis vainqueurs de la guerre malgré les prolongations que voulait jouer l’OAS, et ce, avec le sentiment d’être aussi les vainqueurs sur le plan moral. Une sale guerre se finissait et «La question» d’Henri Alleg restera comme la preuve la plus irréfragable qu’elle fut une sale guerre menée par des salauds de première classe.

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article