Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Lutter contre le racisme plutôt qu’éliminer le mot race (LDH toulon)

10 Avril 2013 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Racisme

Article mis en ligne le 13 février  2013 et remis en ligne le 10 avril 2013


ldhtoulon.jpg 

Sous ce titre, la LDH-Toulon publie le 10 février 2013 un entretien entre Danièle Lochak et Caroline Fouteau, paru initalement sur Médiapart le 19 mars 2012.

 


« Je demanderai au lendemain de la présidentielle au Parlement de supprimer le mot "race" de notre Constitution » avait déclaré François Hollande, au cours de la campagne électorale, le 10 mars 2012 dans un discours consacré à l’Outre-mer. Professeur émérite de droit public, Danièle Lochak estime que cette décision relève d’une lecture erronée du texte fondamental, qui, indique-t-elle, ne postule pas que les races existent mais prend acte de ce que le racisme existe. Entretien.

A Toulon, un nouveau spectacle de François Bourcier : RACE(S).


Danièle Lochak : « Supprimer le mot race de la Constitution n’éradiquera pas le racisme »

entretien avec Carine Fouteau, Mediapart, 19 mars 2012

 

Un extrait de l’article premier de la Constitution de la Ve République : la France « assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. »

  • À quel moment la « race » devient-elle une catégorie juridique ?

La « race » devient une catégorie juridique à partir du moment où le droit l’intègre à son lexique et lui attache des conséquences juridiques. À l’époque de la colonisation, paradoxalement, la législation n’y fait pas officiellement référence, alors même que la distinction entre Européens et indigènes, entérinée par le droit, renvoie à une division implicite des groupes humains en races et que le racisme trouve dans ce contexte un terrain propice à son développement.

C’est en 1939 qu’on repère la première apparition explicite du mot dans la législation française, avec le décret-loi Marchandeau qui réprime la diffamation commise par voie de presse envers « un groupe de personnes appartenant par leur origine à une race ou à une religion déterminée » dans le but d’exciter à la haine entre les citoyens ou les habitants.

Dans ce cas, on le voit, le terme « race » est utilisé sur le mode de la dénégation, dans le contexte de la répression du discours de haine. Mais un an et demi plus tard, après avoir abrogé le décret-loi Marchandeau, Vichy édicte le statut des Juifs qui définit le Juif comme l’individu appartenant à la « race juive ». La « race » apparaît bien ici comme une catégorie juridique, puisqu’elle commande l’application de règles spécifiques – en l’occurrence vexatoires, discriminatoires et spoliatrices.

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article