Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Marseille : des « ratonnades » de 1973 à la Marche pour l'égalité et contre le racisme

8 Avril 2014 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Racisme

Quelle(s) transmission(s) d'un héritage riche d'actions collectives ?

Une vidéo de 17 min. à voir ici :

 

 

Le 4 décembre 2013, café-théâtre Le Tabou chez Cid-Hamid à Marseille : des ami-e-s se retrouvent pour clore avec une soirée politico-culturelle cette année 2013 marquée à la fois par l'opération « Marseille, capitale européenne de la culture», par les 40 ans des « ratonnades » meurtrières dans le Midi et par les 30 ans de la Marche pour l'égalité et contre le racisme.

C'est aussi l'occasion de rendre hommage à Hamid Aouameur, tenancier de cet espace culturel près du Vieux port qu'il espère développer en lieu de mémoire vivante, et à sa compagne Andrée. Hamid, qui lutte contre une longue maladie, a connu le Mouvement des Travailleurs Arabes (MTA) et la Maison des Travailleurs immigrés (MTI), le journal Sans Frontière. Il a aussi soutenu la Marche initiée par les jeunes des Minguettes, partie de Marseille le 15 octobre 1983. Depuis, il s'est investi dans l'action culturelle, le théâtre en particulier.

Il a gardé le contact avec Mustapha Mohammadi, aujourd'hui actif notamment auprès des Chibani-a-s, qui a participé au bel ouvrage « Les Dames de l'exil », et avec Mogniss H. Abdallah, auteur du livre « Rengainez on arrive ». Ensemble, ils imaginent un petit événement culturel rassembleur, amené à trouver des prolongements. Tout un chacun est convié à participer, par la lecture de textes, des chansons, ou par l'évocation de souvenirs personnels.

Parmi les intervenants, il y aura Mohamed Bouzidi qui chante « Yaoulidi » en hommage à Lahouari Ben Mohamed, tué par un CRS le 18 octobre 1980 dans les quartiers Nord, accompagné à la guitare par Hassan, petit frère du défunt. A voir et à écouter ici : http://www.youtube.com/watch?v=mr58PZSuSCk

 

 

 

« C'est moi l'Assassiné », clame un poème en arabe de Lazhar, travailleur immigré rendant hommage aux victimes de l'attentat meurtrier au consulat d'Algérie à Marseille, le 14 décembre 1973. Durant les années 70, plusieurs groupes politiques ou culturels exprimèrent sentiments et aspirations de l'immigration, et transmirent leurs pratiques « agit'prop' » (journaux et théâtre d'intervention, chants pendant les rassemblements, etc.) aux enfants d'immigrés, du moins aux aînés.

Marilaure Mahé, ex-Marcheuse permanente en 1983, choisira des extraits du livre « La Marche, traversée de la France profonde » de Bouzid Kara, également présent avec son fils. Dans la foulée, Andrée lit des extraits du roman « En Marche » de Marilaure, évoquant l'onde de choc provoquée par la mort de Habib Grimzi, défenestré par des apprentis-légionnaires dans le train Bordeaux-Vintimille. Un débat s'ensuit sur les risques d'une indignation sélective : qui se souvient, en effet, de la mort de Laïd Khanfar, tué sur le port de la Joliette quelques jours après, par un douanier ? 

Les luttes, cependant, aboutissent parfois à des acquis qu'il faut connaître et défendre, sans quoi ils risquent d'être remis en cause et vidé de toute substance, comme c'est le cas aujourd'hui pour la carte unique de 10 ans. Reste que les motivations racistes d'un crime sont désormais considérés comme circonstances aggravantes, et des associations peuvent se constituer partie civile. Mais attention à ne pas diluer le racisme dans une dénonciation des discriminations fourre-tout. Et la lutte pour l'égalité nécessite un rappel aux fondamentaux : historiquement, il s'agit de l'égalité des droits -sociaux, culturels et politiques- entre Français « de toutes les couleurs », hommes et femmes, mais aussi entre Français et immigré-e-s – ceux et celles qui ont une carte de résidents « étrangers ».

Pourquoi n'y a-t-il pas eu transmission de cet héritage de luttes ? s'exclame Haouaria Hadj Chikh, militante active dans les quartiers Nord. Une interrogation qui sonne comme un coup de semonce. On se quitte alors en se promettant à l'avenir de mutualiser davantage les expériences de chacun(e), et de mettre en commun les différentes traces existantes (enregistrements sonores, journaux, affiches, photos et images audiovisuelles etc.). Vaste chantier...

Partager cet article

Commenter cet article