Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

MIGRATION: Mettre fin à la « loterie de l'asile » en Europe (IRIN)

28 Novembre 2012 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Étrangers et immigrés, #Réfugiés et droit d'asile

MIGRATION: Mettre fin à la « loterie de l'asile » en Europe

http://www.irinnews.org/images/2011/201109221249460092.jpgJOHANNESBOURG, 26 novembre 2012 (IRIN) - Emmad Saeed* et sa famille voulaient à tout prix échapper au conflit en Syrie, mais ils étaient peu enthousiastes à l'idée d'y assister depuis un camp de réfugiés poussiéreux en Jordanie. Ils ont donc payé des passeurs pour les amener en Europe. Ils espéraient rejoindre des parents en Allemagne ou en Suède, mais leurs passeurs leur garantissaient seulement qu'ils atteindraient le continent européen. C'est en Grèce que leur petit bateau a accosté.

 

Malheureusement pour M. Saeed, la Grèce a l'un des plus faibles taux de reconnaissance du statut de réfugié en Europe et les demandeurs d'asile sont souvent placés en détention jusqu'à ce que leur demande soit examinée, ce qui peut prendre jusqu'à six mois. L'Allemagne et la Suède affichent des taux de reconnaissance plus élevés, mais, jusqu'à récemment, les demandeurs d'asile qui avaient déjà déposé une demande en Grèce couraient le risque de s'y voir transférés s'ils tentaient de faire une seconde demande d'asile dans un autre pays membre de l'Union européenne (UE).

 

Aucune région du monde n'a réussi à harmoniser le traitement de ses demandeurs d'asile. Même les pays qui ont ratifié la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés l'interprètent et la mettent en ouvre différemment. Pour les demandeurs d'asile, il en résulte une sorte de « loterie de l'asile ». Ils peuvent être gardés en détention pendant des mois dans un pays pendant que leur demande est examinée - et finir par essuyer un refus -, alors que, dans un autre, ils sont reconnus comme réfugiés et ont le droit de travailler ou d'étudier pendant que leur demande est traitée.

 

Nulle part ailleurs qu'en Europe n'a-t-on autant débattu de ces divergences. Il y a plus de dix ans, les pays membres de l'UE se sont entendus sur le principe d'un Système d'asile européen commun (SAEC) et ont fixé la date butoir pour sa mise en place à 2012, mais les normes en matière de conditions d'accueil et d'octroi du statut de réfugié varient encore considérablement d'un pays à l'autre.

 

Lire la suite sur le site de l'IRIN

Partager cet article

Commenter cet article