Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

N'expulsez pas M. SACIRAJ

6 Août 2011 , Rédigé par MRAP pluriel Publié dans #Étrangers et immigrés

 

Monsieur SACIRAJ Muharem, ressortissant kosovar d’origine Rom se trouve actuellement au centre de rétention administrative de Metz. Il vit dans l’attente angoissée d’une expulsion vers le Kosovo.

Il a été arrêté à Troyes le 1eraoût 2011 alors qu’il était en visite dans la famille de sa femme qui vit en France en situation régulière depuis de nombreuses années.

Il a été placé en rétention le lendemain sur les ordres de la préfecture de l’Aube, en exécution d’une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) qui lui a été notifiée le 13/12/2010 par la préfecture de Charente-Maritime. Cette OQTF a été confirmée par le Tribunal Administratif de Poitiers le 06/04/2011. Un appel a été fait auprès de la Cour Administrative d’Appel de Bordeaux. Il est actuellement toujours en cours d’examen.

 

L’épouse de M. SACIRAJ est également ressortissante Rom du Kosovo. Le couple vit à La Rochelle avec leurs 3 enfants :

- les deux plus grands, âgés de 6 et 4 ans sont scolarisés dans de bonnes conditions à l’école Descartes à La Rochelle.

- le plus jeune, né en France, n’a que 2 ans.

L’aîné présente un lourd handicap d’ordre psycho-moteur qui nécessite une orientation vers un Institut Médio-Educatif. Au Kosovo, les Roms ne pouvant pas accéder à une assistance et un suivi médico-éducatif adapté à son état.

 

Mme SACIRAJ est enceinte de 5 mois et présente un fort risque d’accouchement prématuré depuis déjà quelques semaines. Elle a donc besoin du soutien de son mari et de son assistance quotidienne pour s’occuper des 3 enfants, dont l’un est handicapé.

 

La famille est entrée en France en septembre 2009 pour y demander l’asile suite aux persécutions dont elle a été victime au Kosovo. Elle a été déboutée de sa demande bien que le Kosovo soit toujours une région soumise à des tensions ethniques vives et à des affrontements armés meurtriers. C’est la raison pour laquelle la famille a dû demander le réexamen de sa demande d’asile en début d’année 2011. L’Office Français de Protection des Réfugiés et des Apatrides a de nouveau rejeté cette demande. Un appel court toujours auprès de la Cour Nationale du Droit d’Asile.

 

Les enfants de M. SACIRAJ ont le droit à une vie normale, à l’école, avec leurs camarades et entourés de leurs deux parents.Ils ont besoin de leur papa.

Son épouse a le droit de mener une grossesse sereine jusqu’à son terme et a besoin de son mari.

Séparer la famille en expulsant le père aurait de graves conséquences humaines et psychologiques.

Rappelons une énième fois que la France est signataire de la Convention Européenne des Droits de l’Homme qui réaffirme le droit que chaque individu, indépendamment de sa situation administrative, a droit à une vie privée et familiale.

 

Le 05 Août 2011, le tribunal administratif de Strasbourg a rejeté le recours formé contre l’arrêté de placement en rétention.

 

Le 05 Août 2011, la Cour Européenne des Droits de l’Homme a été saisie d’une demande de mesure provisoire au titre de l’article 39. Les mesures provisoires sont des mesures temporaires permettant de préserver le droit des requérant, en l’occurrence le droit de vivre en famille et le droit d’être protégé contres des traitements inhumains et dégradants en cas de retour au Kosovo.

 

M. SACIRAJ sera présenté Samedi 6 Août devant le Juge des Libertés et de la Détention.

 

Nous craignons que M. SACIRAJ ne soit la victime de la politique aveugle du chiffre.

Son arrestation, son placement en garde à vue et sa rétention soulèvent une légitime inquiétude. Sa place n’est pas dans une quasi-prison (dans laquelle il peut rester enfermé 45 jours suite à la nouvelle loi sur l’immigration) mais auprès de sa famille.

 

En conséquence :

- le traitement inhumain réservé aux Roms au Kosovo,

- l’absence au Kosovo d’accès aux soins adaptés du fils aîné,

- la fragilité de l’état de grossesse actuel de Mme SACIRAJ,

- le drame que représenterait la séparation d’une famille

justifient la demande des citoyens :

  • au Préfet de l’Aube de renoncer à l’expulsion de M. SACIRAJ

  • au Préfet de Charente-Maritime de réexaminer la situation de cette famille et d’abroger l’Obligation de Quitter le Territoire Français en date du 13/12/2010.

 

De surcroît, l’expulsion de M. SACIRAJ provoquerait l’indignation de nombreux citoyens.

Une campagne de mail et de fax a été lancée par le réseau de vigilance citoyenne pour demander la libération de Monsieur SACIRAJ. Il est possible de la consulter sur le site national de RESF http://www.educationsansfrontieres.org/article37447.html?id_rubrique=43

Rappelons que Maxime BONO, en sa qualité de Député-Maire a interpellé le Ministre et le Préfet au sujet de cette situation.

 

Le Réseau de Vigilance Citoyenne.

Partager cet article

Commenter cet article