Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Nancy : Création d’un « comité de vigilance et de lutte contre l’extrême droite »

23 Juin 2013 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Extrême-droite, #Initiatives locales

 

FAISONS BARRAGE À L’EXTRÊME DROITE !

Création d’un « comité de vigilance et de lutte contre l’extrême droite »

Depuis deux ans, à Nancy comme ailleurs, nous assistons à une recrudescence inquiétante des agressions menées par des groupuscules d’extrême droite, notamment le GUD et les « nationalistes autonomes lorrains ».

Ces groupuscules, dont les références sont souvent le copié-collé de l'idéologie nazie diffusent leurs tracts devant les lycées, ne se limitent plus aux insultes mais multiplient les saccages de locaux, et se livrent à des agressions physiques violentes. A Nancy, plusieurs antifascistes ou militant-e-s du mouvement social ont été roué-e-s de coups, des locaux de la faculté des Lettres ont été saccagés, des affiches racistes et homophobes collées sur les murs, des croix gammées taguées sur les murs. Ils osent même parader dans les rues, organiser des rassemblements dans Nancy avec salut nazi, dans un climat ambiant de quasi-impunité.

Notre région, et Toul en particulier, héberge même parfois (comme le 23 mars 2013) des « fêtes » organisées par des néo-nazis venus de toute l’Europe, sans que le Préfet n’intervienne.

 

Ces agressions sont le fruit d’un contexte social et politique qui, depuis de longs mois, les autorise, voire les favorise. Les récentes manifestations homophobes contre la loi dite du « mariage pour tous » ont permis à l’extrême droite de trouver un écho important à ses propos, de bénéficier d’une couverture médiatique inégalée, de prendre de l’assurance en faisant monter la pression. Leurs agressions physiques violentes contre des homosexuel-les, des journalistes, des manifestant-e-s pacifiques, témoignent assez de leur pouvoir de nuisance et de leurs objectifs. Plus généralement, si ces groupes ne se cachent plus et agissent, c’est qu’ils se sentent autorisés à le faire, à la faveur de la progression du Front national et de la radicalisation d’une partie de la droite. Bien qu’il s’en défende pour des raisons évidentes de stratégie politique, le FN a toujours entretenu des liens étroits avec ces groupes, à commencer par Marine Le Pen qui compte dans son entourage très proche des éminences de ces mouvances.

 

Le meurtre du jeune militant syndical et antifasciste Clément Méric, le 5 juin dernier à Paris, a provoqué un électrochoc dont nous devons tirer les leçons. À travers lui, c’est toute la gauche et tout le mouvement social qui est attaqué; c’est donc toute la gauche et tout le mouvement social qui doit faire front et réagir. L’enchevêtrement de crises que nous traversons (économique, sociale, écologique, démocratique) produit un délitement du tissu social et l’augmentation de la misère et des inégalités. C’est de ce terreau que se nourrit l’extrême droite. Dans la période actuelle, des pans entiers d’une société aux abois et déboussolée peuvent basculer très rapidement vers elle pour exprimer leur révolte « anti-système ». C’est donc de toute urgence que nous, antifascistes, devons réinvestir l’espace politique, médiatique, et la rue. Après, il sera trop tard : dans plusieurs pays d’Europe, des groupes néo-nazis ou des partis similaires au Front National ont déjà pris place dans les gouvernements ou instances de pouvoir.

 

C’est la raison pour laquelle des organisations politiques, des syndicats, des associations, mais aussi des individu-e-s, des citoyen-ne-s viennent de constituer un Comité de vigilance et de lutte contre l’extrême droite sur Nancy et sa région, à l’instar de ceux qui se créent en France et dans d’autres pays européens, afin de :

  • Agir dans la population pour enrayer leur progression dans les mentalités, par des moyens divers déterminés de façon unitaire : conférences/débats, interpellation des élu(e)s ou des représentants de l’Etat, manifestations, initiatives de sensibilisation, actions unitaires, etc.

  • Demander la dissolution de tous les groupuscules d’extrême droite et néo-nazis, quel que soit le nom qu’ils se donnent : GUD, bloc identitaire, troisième voie, Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR) ou autres groupes de même inspiration et véhiculant la même haine rancie; mais cette mesure n’aura qu’une portée symbolique ;

  • Demander systématiquement l’interdiction de leurs rassemblements et/ou manifestations ; la liberté d’expression ne peut plus s’appliquer à l’égard de ceux dont les seules lois sont l’appel à la discrimination ou au meurtre. Les idées d’extrême droite ne sont pas des idées comme les autres ;

  • Exiger que soit sanctionnée chacune de leurs exactions : collage d’affiche, tags nazis, saccage de locaux, agression verbale, agression physique ; ou toute autre manifestation de leur idéologie fascisante ou néonazie : provocation à la haine, à la discrimination et à la violence raciale, antisémitisme, homophobie, antiféminisme, machisme, nationalisme patriotard ;

  • Riposter rapidement et concrètement à toutes les initiatives de l’extrême droite : agressions, intimidations, réunions publiques, etc.

 

Nous ne cachons pas qu’au sein de ce nouveau Collectif nous ne partageons pas, toutes et tous, la même analyse de la situation politique : des divergences existent entre nous sur les causes de cette situation et sur la politique du gouvernement actuel. Ces divergences, nous sommes fermement décidés à les dépasser pour nous unir dans un but commun : la lutte contre l’idéologie et les actes des groupuscules néonazis, du Front national, de l’extrême droite en général, dont les idées gagnent une partie de la droite traditionnelle.

Nancy, le 17 juin 2013

 

Les premiers signataires : ATTAC 54, Association citoyenne Front de Gauche 54, Confédération Générale du Travail (UD CGT 54), Equinoxe Nancy Lorraine, Europe Écologie Les Verts (EELV), Fédération Syndicale Unitaire (FSU), Fédération pour une Alternative Sociale et Écologique (FASE), Gauche Anticapitaliste (GA), Gauche unitaire (GU), Libre Pensée 54, Parti Communiste Français (PCF), Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP Nancy), Osez le féminisme !, Parti de Gauche (PG), Parti Socialiste (PS), SOS Racisme, Union Nationale des Étudiants de France (UNEF), Union syndicale Solidaires…

Partager cet article

Commenter cet article