Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Paroles de Palestine 1999 : La confiscation des terres

20 Janvier 2011 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Palestine Colonisation occupation

Paroles de Palestine 1999 : Dossier complet

Jamal Talab

Directeur du Centre de recherche sur la terre

 

la-terre-appartient.jpg4 méthodes ont été employées pour confisquer des propriétés privées palestiniennes. La première, fondée sur une ordonnance du mandat britannique de 1943, a consisté à confisquer la terre dans « l'intérêt public », ce qui s'est traduit par la construction de résidences privées et de routes au profit exclusif des juifs. C'est ainsi que 24 km² de propriétés privées ont été confisquées à Jérusalem-Est, et les populations chrétiennes et musulmanes ont été non seulement dépossédées et remplacées par des juifs, mais littéralement ruinées. La confiscation pour usage « public », aux fins de construction routière est particulièrement utilisée pour empêcher toute extension résidentielle palestinienne. En effet, les Israéliens peuvent légalement confisquer 40 % de tout terrain privé pour la réalisation de routes. De plus, il est interdit de construire à l'intérieur d'une bande de 75 m de large de chaque côté des axes de communication. La route n°1 illustre de façon exemplaire cette politique. Ouverte entre deux nationales existantes et séparées par 500 m seulement, elle a rendu légalement impossible toute extension urbaine palestinienne sur les 380 dunums (38 ha) de terres restant dans la zone de Shufat au nord de Jérusalem . A celas' est même ajouté la démolition de 17 maisons palestiniennes habitées (1).

La deuxième méthode se fonde, pour les Israéliens, sur des impératifs de sécurité. De grands espaces confisqués particulièrement dans les confins orientaux de la Cisjordanie sont utilisés comme terrains d'entraînement militaire. Suite à l'interdiction faite aux Palestiniens d'utiliser leurs terres jouxtant ces camps, ou même d'y pénétrer, ces zones ont peu à peu été absorbées par les Israéliens pour un usage civil. D'autres terres ont été confisquées pour établir une série de colonies civiles à vocation stratégique devant participer à la défense et à la sécurité d'Israël. Mais en 79, lors d'un procès célèbre concernant la confiscation de terres pour l'établissement d'Elon Moreh, près de Naplouse, la Cour suprême israélienne a ordonné le démantèlement de cette colonie faisant valoir que l'argument sécuritaire invoqué était sans fondement, la petite colonie en question se situant aux abords d'un grand camp militaire.

A la suite de cette décision judiciaire, les Israéliens ont inauguré une troisième méthode de confiscation. Ils ont ressuscité une ordonnance ottomane remontant à 1858, au temps de la domination turque, qui stipulait que toute parcelle de terrain non cultivée pendant plus de dix ans ou cultivée à moins de 50 % devait retourner à l'État. De cette façon, les Israéliens sont devenus les nouveaux « sultans » de la Cisjordanie occupée. Or 95 % des terres saisies pour la colonisation juive étaient des propriétés privées palestiniennes et 5 % seulement auraient pu être classées comme domaine d'État.

Le classement de terres en « réserves naturelles et parcs nationaux », qui très souvent, au bout d'un certain temps deviennent des colonies israéliennes, constitue la quatrième méthode de confiscation. Par exemple, en 1970, 10 000 dunums (10 km²) dans la zone de Shufat ont été confisqués et en 1992 les bulldozers israéliens ont commencé à déraciner les arbres et à préparer le terrain pour la construction de la colonie de Rikhes Shufat où plus de 2 200 unités d'habitation ont été financées par le Fonds national juif. En 1997, une colonie a été construite au sud-est de Jérusalem sur le mont Abu Ghunaim, confisqué après la guerre de 67 et classé alors comme réserve naturelle.

Aujourd'hui, la superficie des terres confisquées représente 73 % de la superficie totale de la Cisjordanie.

1 Entre 1995 et 97, 22 km² des terres arabes ont été saisis pour construire des routes de contournement

Partager cet article

Commenter cet article