Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Paroles de Palestine 1999 : le cas de Jérusalem

18 Janvier 2011 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Palestine Jérusalem

Jerusalem-au-coeur.jpg

  Présentation générale du dossier

Sous contrôle de la Jordanie, Jérusalem s'étendait sur 6,5 km'. La superficie totale des parties annexées après 1967 représente 70,5 km2, et ce qui est appelé « le Grand Jérusalem », s'étend sur 600 km2 environ, soit 10,8 % de la Cisjordanie, ce qui est énorme. Le cas de Jérusalem est exemplaire dans le cadre de la stratégie israélienne de colonisation (1).

Après 1967, sur les 70,5 km' annexés, environ 24 km2 (34 %) ont été confisqués. Les Israéliens ont construit quinze colonies, les unités d'habitation passant de zéro à 45 000, et la population israélienne de Jérusalem-Est de zéro en 1967 à 180 000 habitants aujourd'hui... La zone palestinienne de Jérusalem s'est retrouvée dès 1973 entourée d'un mur de bâtiments. Après 1973, ils ont construit un cercle à l'extérieur des limites de Jérusalem, constitué d'énormes colonies, Male Adumim (2) à l'est, Givat Zeev au nord-ouest... Aujourd'hui, quand on parle de Jérusalem, les Israéliens développent deux conceptions : il s'agit soit de la municipalité de Jérusalem, soit du Grand Jérusalem.

Il faut ajouter qu'une proportion de 40% de Jérusalem-Est a été classée zone verte, c'est-à-dire verte aujourd'hui, mais qu'en sera-t-il demain ? D'autres Har Homa sont prévisibles (3).

Le développement à Jérusalem-Est de colonies à l'intérieur même de zones palestiniennes habitées – comme c'est le cas pour la colonie de Ras el Amoud (4) – participe à la mise en place d'une politique lourde de conséquences. Par ce biais, les Palestiniens deviendraient des Palestiniens vivant au sein d'Israël et non de Jérusalem-Est. Lors des négociations, quand nous discuterons du statut d'un quartier, les Israéliens, grâce à cette stratégie, pourront dire que la zone en question étant habitée par des juifs, il ne s'agit pas d'un quartier palestinien à 100 %, mais d'habitations construites à l'intérieur d'Israël.

Malgré cela des discussions exploratoires se déroulent, des contacts sont établis sur Jérusalem, il y a des signes, une ébauche de projet. Parmi les différents scénarios envisageables, le meilleur serait une Jérusalem unie, une Jérusalem ville ouverte, avec deux municipalités qui pourraient être « coiffées » par une instance commune.

 

Propos de Khalil Tufakji

1 Entre 1993 et 1998, sur les 177 km' de terres confisquées, 73 km' se trouvaient dans le district de Jérusalem. Seuls 14 % des terres de Jérusalem-Est restent aux Palestiniens

2 Pour moins de 30 000 personnes, sa superficie est déjà de 35 km' (un tiers de celle de Paris)

3 En mars 1997, l'Assemblée générale de l'ONU (à l'exception d'Israël et des Etats-Unis) déclare illégale Har Homa, colonie de 25 000 ha qui achève l'encerclement de Jérusalem-Est, pourtant sa construction s'est poursuivie

4 Le 15 septembre 1997, implantation sauvage de colons à Ras el Amoud (Jérusalem-Est). Violents incidents entre Palestiniens et police israélienne

Partager cet article

Commenter cet article