Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Pourquoi le féminisme doit s’engager contre l’islamophobie (Les déchaînées)

4 Avril 2014 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Islamophobie

dechainees.jpgLe rapport de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme de 2013 vient d’être rendu : il constate que 35% des français se révèlent « plus ou moins » racistes, avec une banalisation des actes racistes envers les rom et les musulmans.

Selon le rapport annuel de 2013 du Collectif Contre l’islamophobie en France, les femmes musulmanes représentent 84,4% des victimes d’actes islamophobes. Quant aux femmes portant le foulard, elles représentent 77% des victimes d’agressions physiques ou verbales.

Mais qu’est ce que l’islamophobie ?

L’islamophobie est un processus de racialisation des musulmans, visant à en faire un groupe homogène, inférieur, aux caractéristiques forcément identiques. Les musulmans seraient par exemple tous des intégristes analphabètes qui forcent leurS femmeS à porter le foulard.

Il ne s’agit pas de considérer l’islamophobie comme une critique de la religion musulmane.

Lorsque l’islamophobie concerne 85% de femmes, on ne peut que constater qu’il s’agit d’une discrimination à la croisée du racisme et du sexisme, et qu’il convient de l’étudier comme telle.

Lorsque l’islamophobie concerne 77% de femmes portant le foulard, c’est-à-dire un vêtement qui a apparemment expliqué l’agression, alors le féminisme est directement concerné.

Conflits féministes et foulard

Le féminisme français est fortement divisé autour du sujet du foulard. Certaines ont vivement soutenu la loi de 2004, et continuent à défendre les extensions multiples et diverses de cette loi (concernant les nourrices, les mères de famille accompagnantes, le niqab etc) ; d’autres, comme nous aux Dé-Chaînées, considérons que rien ne doit réglementer le vêtement d’une femme.

L’obliger à porter un vêtement, ou lui interdire de porter un vêtement, nous semble aller à l’encontre de ses droits les plus élémentaires. Dire qu’on sait mieux à la place d’une femme ce qu’elle devrait mettre ou ne pas mettre ne nous semble pas féministe. Nous n’aborderons pas ici la loi de 2004, même si nous sommes pour son abrogation et considérons que cette loi a contribué à la montée de l’islamophobie.

Cette loi est une loi sexiste et raciste,qui fait des femmes musulmanes des victimes des hommes musulmans, faisant apparaître ces derniers comme intrinsèquement violents et sexistes.

Cette loi, qui prétend lutter contre l’oppression des femmes musulmanes, s’attaque en réalité aux femmes elles-mêmes, en limitant leur liberté de mouvement. Si vraiment des femmes sont forcées de porter le voile, alors l’arsenal judiciaire existant condamnant la violence conjugale/familiale était suffisant face à ce cas.

Agressions islamophobes et traitement médiatique

En mai 2013, Sirine, une jeune collégienne, se voit refuser l’entrée de son établissement car elle porte une jupe longue et un bandeau.

En juin 2013, une femme enceinte, après une agression islamophobe, a perdu son fœtus.

En mars 2014, une femme enceinte a été frappée au ventre à Bourges ; elle a du accoucher prématurément.

Le cas de Sirine nous fait nous demander jusqu’où ira la police du vêtement ; quels uniformes devront arborer les filles et les femmes pour espérer mener une vie normale et scolarisée ?

Dans le deuxième cas, les media ont mis longtemps à abandonner leur ton suspicieux concernant l’agression. Dans le dernier cas, aucun media n’en a parlé.

Dans tous les cas, les commentateurs de media en ligne ont expliqué, comme à chaque agression de femme portant le voile, que cela ne serait pas arrivé si elle ne le portait pas.

Nous devons, en tant que féministe, fortement réagir contre ces agressions.

Aucune femme ne doit être agressée en raison de sa tenue vestimentaire

Peu importe que vous approuviez ou non le port du voile : aucune femme qu’elle porte le voile ou une mini-jupe n’a a été agressée pour cela. Justifier l’agression d’une femme par le port d’un vêtement spécifique, c’est inverser la charge et faire de la victime une coupable, comme trop souvent lors de crimes visant les femmes.

Ces femmes sont agressée pour deux raisons indissociables : parce qu’elles sont musulmanes et parce qu’elles sont des femmes. Justifier d’une quelconque manière – ou ne simplement pas en parler – en prétendant qu’il « aurait suffi qu’elles enlèvent leur voile pour que cela n’arrive pas » est une parole qui ne doit plus être entendue, et surtout pas au sein de mouvements féministes.

S’il était logique et normal de se battre contre l’islamophobie, qui est un racisme, il est tout aussi nécessaire que le féminisme prenne part à cette lutte, en ce que l’islamophobie est à la fois un racisme et un sexisme.

Source

Partager cet article

Commenter cet article