Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Réfugiés syriens : lettre ouverte à François Hollande (Amnesty International France)

21 Octobre 2013 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Étrangers et immigrés, #Réfugiés et droit d'asile

 

La présidente d'Amnesty International France, Geneviève Garrigos, adresse aujourd'hui une lettre ouverte au président de la République pour l'interpeller suite à l'annonce de l'accueil de 500 réfugiés syriens.


A l'heure où nous comptons déjà plus de 2 millions de réfugiés fuyant la Syrie, les pays voisins, le Liban, la Jordanie, la Turquie, l'Irak et l'Égypte, accueillent 97% des réfugiés, ce qui fait peser une charge politique et économique considérable sur ces pays. D’autres Etats membres de l’Union européenne ont mis en place depuis des mois déjà des politiques d’accueil volontaires.

Le Haut-commissariat des Nations unies aux réfugiés a identifié 10 000 personnes en 2013 et 30 000 en 2014 devant d’urgence être protégées et extraites des pays voisins de la Syrie. L'Allemagne s'est engagée dès septembre à en accueillir près de 5 000.

Un jour après avoir affirmé que les réfugiés créent une « situation épouvantable en Jordanie, au Liban, en Turquie », le président de la République annonce l’accueil de 500 réfugiés, en brandissant ce chiffre comme un signe de solidarité. 

M. François HOLLANDE

Président de la République

Palais de l’Elysée

55 rue du Fg Saint Honoré

Paris, le 18 octobre 2013

75008 Paris


Monsieur le Président de la République,

Plus de deux ans et demi après le début du conflit, vous venez enfin d’annoncer que 500 réfugiés Syriens seront accueillis en France.

Ce nombre est brandi comme un signe de solidarité mais est-il vraiment à la hauteur de la crise syrienne ? Evidemment non.

Devons-nous vous rappeler que ces réfugiés « ne créent pas une situation épouvantable » mais qu’ils la subissent ? Devons-nous vous rappeler l’horreur du conflit syrien qui a jeté sur les voies de l’exil plus de deux millions de personnes ? Que celles-ci survivent dans des conditions très précaires dans les pays limitrophes ?

Le Haut-commissariat aux Réfugiés demande aux Etats d’accueillir des personnes ultra-vulnérables comme les femmes et enfants en danger, les victimes de violences ou torture, les personnes ayant besoin d’être soignées... Ce sont donc désormais 30 000 personnes qui doivent d’urgence être protégées et accueillies en dehors des pays voisins de la Syrie.

 

Face à cette situation, l’annonce française en devient indécente. Surtout lorsque l’on sait que l’Allemagne a déjà accueilli près de 15 000 personnes et que 5 000 sont sur le point de l’être.

Enfin, votre décision ne doit pas occulter la réaction première de la France : dresser des obstacles supplémentaires à l’arrivée des réfugiés syriens sur le territoire français en imposant, depuis janvier 2013, les visas de transit aéroportuaires visant exclusivement les ressortissants syriens, considérés comme des « immigrants clandestins ».

Monsieur le Président, nous vous appelons à montrer que la France est à la hauteur de son ambition internationale et de ses engagements en matière de protection des réfugiés en accueillant un plus grand nombre de réfugiés de Syrie sans se limiter à ceux ayant des liens avec la France.

A l’occasion de la réunion du Conseil européen les 22 et 23 octobre prochains, nous comptons sur vous pour que les débats portent non pas sur le contrôle des migrations irrégulières mais bien sur la protection des réfugiés syriens. Faute de voies sécurisées pour rejoindre l’Europe, ces personnes empruntent des voies irrégulières et mettent en danger leurs vies. Les naufrages récents au large de l’Italie illustrent de façon dramatique la faillite de l’Union européenne et de la France.

J’espère que ce message sera pris en considération,

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma très haute considération.

Geneviève Garrigos, présidente d’Amnesty International France

Lettre ouverte à M. François Hollande

Partager cet article

Commenter cet article