Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Ritals ici, Lorrains là-bas. Destins d'immigrés. (Marie-Louise Antenucci)

21 Décembre 2012 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Étrangers et immigrés

Ritals ici, Lorrains là-bas. Destins d'immigrés.

Marie-Louise Antenucci

Éditions Serpenoise. Metz.

Septembre 2009 170 pages 15 €

 

antenucci1.jpgDans ce livre, Marie-Louise Antenucci relate les péripéties d’une population arrivée pour le travail, dans un pays fort différent du leur. S’intéressant à la période de 1939 à nos jours, elle se penche sur les grandes lignes de l’immigration italienne. Entre guerre et départs, vagues migratoires et intégration, l’auteur décrit le nouvel environnement et les découvertes de ces familles qui ont eu le courage de quitter leurs chaudes contrées du sud, dans l’espoir d’une vie meilleure. Marie-Louise Antenucci est Docteur en Histoire. Actuellement professeur d’histoire-géographie, elle est l’auteur de Parcours d’Italie en Moselle (2004, éditions Serpenoise) et collabore à des ouvrages sur l’histoire de Villerupt (série Mémoires et Images, Pôle de l’Image, Festival du film Italien).

 

L'ouvrage mêle rappels du cadre historique et témoignages familiaux. C'est essentiellement l'immigration italienne en Moselle qui est étudiée, avec ses particularités qui la distinguent de celle en « France de l'intérieur » :

En Moselle-Est, la « Lorraine du charbon », la maîtrise de la langue française ne suffit pas, puisqu'on y parle le « lothringer platt », dialecte allemand.

Dans tout le département, annexé de fait à l'Allemagne nazie de 1940 à 1944, les ressortissants italiens passent du statut « d'ennemis potentiels » à celui « d'alliés officiels » du pouvoir en place. Et ceci dans une région vidée d'une grande partie de ses habitants « d'origine »1.

Cette immigration est plurielle, du Nord de l'Italie vers la « Lorraine du fer » d'abord, puis du Sud vers la zone charbonnière.

L'ouvrage met à mal certains des poncifs actuels sur les migrations suivantes, opposées à la « bonne » immigration italienne, soucieuse de « s'intégrer » et refusant le communautarisme.

Les Italiens, dont personne ne conteste aujourd'hui l'esprit citoyen et la loyauté républicaine, sont souvent venus en groupes, encadrés par leurs curés, avec des institutions propres (écoles), ils ont gardé des liens très forts avec le pays d'origine.

Le plus bel exemple de citoyenneté plurielle aujourd'hui est le « Festival du film italien de Villerupt 2», et l'auteur recense 65 associations italiennes actives pour le seul département de la Moselle.

 

Durant l'entre-deux-guerres, fascistes et communistes se disputent le contrôle de l'émigration italienne en Lorraine. Ce sont les communistes qui l'emporteront et les premiers élus, maires, conseillers généraux, députés d'origine italienne seront des communistes. C'est donc l'action politique (et syndicale) commune qui sera le principal moyen d'accès à la citoyenneté active.


 

1 En 1939, les autorités françaises évacuent la zone frontalière (Ligne Maginot) pour des raisons de sécurité. En 1940, les nazis expulsent tous ceux dont la loyauté leur semble suspecte.

2 En Meurthe-et-Moselle.

Partager cet article

Commenter cet article